BAUGE-1---EUROPE-PISTE-jpgTrois ans après son dernier mondial de vitesse individuelle, Grégory Baugé a démontré qu’il n’avait rien perdu de sa superbe, de sa force et son coup de patte de « Tigre ».

 

Félin, puissant, le Guadeloupéen de l’Équipe de France de sprint, a tout fait à Denis Dmitriev en finale des championnats du Monde de vitesse individuelle 2015 sur le Vélodrome National de Saint Quentin-en-Yvelines.

 

Gagner en prenant la tête, exécuté dans la première manche. En courant en deux, leçon magistrale en deuxième et… nouvelle victoire sur un championnat du Monde de vitesse individuelle. Il est désormais à trois longueurs du recordman français en la matière, Daniel Morelon, sept succès. Mais les époques ne sont pas comparables, et ce que l’on peut dire juste c’est que « Greg » est le champion contemporain de la vitesse individuelle, la discipline reine du sprint.

 

Il a posé sa grosse patte dessus et ne veut pas là lâcher. Il remplit son palmarès de maillots arc-en-ciel, mais ne garde qu’une idée en tête, les Jeux.

 

Beaucoup serait heureux d’avoir trois médailles d’argent à son palmarès, mais lui ne s’en contente pas car il est de la race des plus grands. Et sa trace doit passer par l’Olympisme. Il doit coucher son nom sur le palmarès de cette épreuve. C’est le but de sa vie d’homme, de sportif.

 

BAUGE-LAFARGUE_1« Je suis content ce soir, car mon but est de gagner, de gagner pour mon pays, la France. Ici, on était en plus chez nous. C’est encore plus fort, mais c’est pour une étape vers les Jeux, vers Rio. Je suis heureux d’avoir fait plaisir à ma famille, mes amis. Mais les Jeux c’est ce qui me fait avancer, je veux faire gagner le pays là-bas, toute l’équipe de France sur piste partage ce but, on va aller chercher l’or à Rio. C’est pour cela que l’on bosse. »

 

Regardant son sprint à la télé, avant de passer dans Stade 2, interviewé par Nicolas Geay, il décrypte, « propre, propre, je suis sur la ligne, nickel. Bien sûr que c’est fort de gagner ici en France, ce grand événement que sont les championnats du Monde sur piste, que notre pays a organisé magnifiquement. Je termine en plus le travail de l’équipe de France par une victoire, c’est toujours bien de finir par un succès. » Un succès qui est venu se rajouter aux titres de champion du Monde de vitesse par équipes, keirin et kilomètre et vitesse « indiv ».

 

Un bilan parfait puisque la France a ramassé tous les maillots de champions du Monde distribués en sprint hommes. Le cru 2015 a fait mieux que celui de 1998 à Bordeaux… qui n’avait pas remporté le keirin !

 

« Moi, dit-il, je le répète une nouvelle fois, je veux être champion Olympique. Et c’est pour cela que je bosse. » Plus qu’un an, Greg, plus qu’un an et quelques mois  et tu y seras…

 

Hervé Bombrun