GANE-DURIVAUXFidèle à son habitude, Laurent Gané manager de l’équipe de France sprint, avance avec prudence à l’échéance du mondial piste UCI 2015 au Vélodrome National de Saint Quentin-en-Yvelines (18 au 22 février).

 

« Je ne vends pas de médailles avant de les avoir gagnées sur la piste, déclarait le néo-calédonien devant les médias en ce jour de conférence de presse « pré-mondial ».

 

On a François Pervis qui a gagné trois médailles d’or dans les épreuves individuelles l’an passé à Cali en Colombie, on sait que ce sera difficile pour lui cette année, car sa préparation a été difficile, mais c’est aussi un compétiteur et nous lui faisons entièrement confiance de ce côté-là. Il revient bien.

 

On peut aussi compter sur Grégory Baugé qui a remporté les championnats d’Europe en début de saison, à la Guadeloupe, l’équipe de vitesse par équipes a démontré à Cali lors de la récente finale de Coupe du Monde, qu’elle était de nouveau dans le camp en remportant cette compétition. On peut donc espérer de belles choses au sein de la part de l’ensemble de l’équipe de France sprint. »

 

Une vision des choses adoubées par Franck Durivaux, entraîneur national.

 

« La France a remporté cette année le classement final de la Coupe du Monde de vitesse par équipes, avec une équipe souvent différente c’est la preuve que chacun s’est exprimé à son plus juste niveau pour arriver en forme à l’orée de ces championnats du Monde piste UCI 2015. »

 

Les objectifs sont aussi fixés en endurance avec Steven Henry. « L’objectif en poursuite par équipes est d’être dans le top 8, signalait-il. On est en phase de reconstruction dans les deux disciplines hommes et femmes. Thomas Boudat viendra défendre son titre chez lui, c’est évident. Nous avons aussi de belles cartes à jouer lors des courses en peloton que ce soit en Américaine, course aux points et scratch. On se veut gourmand et repartir de ces championnats du Monde avec un médaille minimum, et trois maximum ce serait tout simplement parfait. »

 

 

 

 

Hervé Bombrun