Quentin Lafargue toute volonté dehors pour aller chercher l’argent en Pologne.
Photo: FFC-Patrick Pichon

C’est une belle surprise, Quentin ?

« Oui. On savait tous que nous n’avions pas le costume de favori en venant ici. Moi j’attendais de gros temps de la part des Néo-Zélandais, Australiens, Britanniques. Il y avait de gros clients, et nous en faisait partie des outsiders. Et c’est une belle satisfaction du fait de notre progression tout au long du tournoi, en passant en dessous des 43 secondes. On ne se sent pas du tout arrivé, mais mine de rien on est encore deuxième de ces Championnats du Monde ».

 

Là il y a la place, et les bons temps !

« On aurait été content de faire troisièmes avec un tel temps, aussi, mais la médaille d’argent nous fait encore plus de bien au moral. Nous avons été troisièmes en 2018 et 2017, je pense que c’est important de progresser d’une marche et de démontrer que nous sommes toujours là malgré ce qui peut se dire ou s’écrire. L’équipe de France n’est pas en perte de vitesse, bien au contraire. Nous avons la chance d’avoir un gros collectif. Ici, nous étions quatre et chacun était performant. Il faut capitaliser sur cela, s’en servir pour aller chercher beaucoup mieux. »

 

Qu’avez-vous mis en place pour faire justement tomber cette barre des 43 secondes ?

« De nombreux tests ont été effectués, encore plus cette année, avec des équipes en vitesse par équipes qui ont beaucoup tourné. Il y a eu des tests sur les démarreurs, les finisseurs. Nous possédons le collectif aujourd’hui qui nous permet d’aller vite, on l’a vu ici, et aujourd’hui nous eus la chance d’avoir un démarreur qui allait beaucoup plus vite que ce que nous avions connu précédemment. J’espère que cette médaille va continuer à créer de l’émulation entre nous parce que nous sommes tous challengés à tous les postes, ce qui démontre notre progression aujourd’hui. J’espère que les autres qui sont à Saint Quentin-en-Yvelines ont vu cela, que nous allons tous continuer à nous titiller sportivement afin de nous tirer tous ensemble vers le haut. C’est une belle performance grâce à ce premier tour plus rapide. Le nouveau vélo Look nous a permis d’améliorer aussi notre performance, on sait que l’aéro aujourd’hui est un facteur important de la performance sur piste. Que le haut-niveau se joue dans les détails. Moi j’ai la chance de bénéficier de ce nouveau vélo, qui est plus long et peut-être que grâce à cela on est un peu plus aéro et on va de fait plus vite… »

 

 

Hervé Bombrun