Mathilde Gros médaillée de bronze en vitesse individuelle élite femmes
Photo: FFC-Patrick Pichon

La jeune Provençale, membre du Pôle Olympique de Saint Quentin-en-Yvelines, a remporté la médaille de bronze en vitesse individuelle élite femmes, à Pruszkow, la toute première de sa jeune carrière. Entretien

 

France Cyclisme : Mathilde cette première médaille élite femmes est là ?

Mathilde Gros : « Après la demi-finale perdue face à Lee, il fallait que je me remobilise pour le match pour la 3eet 4eplace, car il y avait le bronze à aller chercher.  C’est difficile de perdre une demie sur le coup, mais après ces deux matches, les erreurs effectuées face à Lee étaient à analyser plus tard. J’ai su me remobiliser pour aller chercher le bronze ».

 

FC : Tu craignais l’Allemande ?

FC : « Oui, car elle fait 10 sec 71. Je l’ai rencontrée plusieurs fois, et elle a beaucoup progressé, il ne fallait pas l’oublier. Je ne réalise pas trop pour le moment ce qui m’arrive, peut-être que ce sera le cas lorsque les émotions vont redescendre, mais là ce n’est pas encore le cas ».

 

FC : Obtenir cette première médaille chez les « grandes » sur ce vélodrome, c’est encore plus important pour toi ?

MG : « Oui. Il y a un an, peut-être un peu plus, j’ai obtenu ma première médaille en Coupe du Monde ici sur la vitesse individuelle, après cela s’était mal terminé en keirin, malheureusement, mais vraiment cela fait du bien ce podium. Je suis contente ».

 

FC : Tu as accroché Lee en demi, plus que ne l’a fait ensuite Stéphanie Morton ?

MG : « Jusqu’à présent à chaque fois que j’ai rencontrée Lee en match, il n’y avait pas eu de combat entre nous. Lee et Morton sont deux concurrentes complètement différentes l’une de l’autre, et petit à petit j’essaye de combler mon écart sur elles. J’espère que la prochaine que je vais la rencontrer, ce sera moins la gagnante. Lee ce soir est Championne du Monde, cela fait longtemps qu’elle est dans le circuit, maintenant cela va se jouer au millimètre, et on va étudier tout cela après ces Championnats du Monde ».

 

FC : Ces millimètres tu vas les gagner où ?

MG : « Ce sera peut-être accélérer plus fort, ou alors retarder le sprint… Partir un peu plus tôt, faire des sprints un peu plus collés. Il va falloir étudier tout cela, il y a pleins de choses à gérer, étudier les vidéos dans le but de continuer à aller en progressant ».

 

FC : Peux-tu nous parler de ta relation avec ton entraîneur, Herman Terryn ?

MG : « J’ai pensé à lui de suite après ma victoire, car il m’a beaucoup aidé. C’est un travail collectif, il y a de nombreuses personnes autour de nous, athlètes, les coaches, le staff technique, les mécanos, les kinés, la fédération aussi qui fait beaucoup pour nous. Nous formons un groupe et nous avançons tous ensemble. J’ai une pensée aussi ma famille, mes proches. Je vais profiter un peu d’eux ce soir. »

 

FC : Il y a le keirin, ensuite en fin de programme ?

MG : « C’est totalement différent de la vitesse un keirin, je vais mettre un peu de côté cette médaille, et j’en profiterai davantage une fois que les compétitions seront terminées. Je passe maintenant à autre chose. Je sais aussi que je vais disputer la tournée du keirin au Japon. Elle débutera début avril cette année, et je reviendrai en France, fin mai, début juin ».

 

 

Hervé Bombrun