france-hommes4_2_1-003Steven Henry est un entraîneur prudent, et cette attitude paie toujours.

 

Lors de la 1ère journée des Championnats d’Europe piste, à l’occasion des qualifications de la poursuite par équipes, il déclarait « viser avec (ses) coureurs, un podium ».

 

Il ne faut pas y voir une part de bluff de sa part, car ce n’est pas dans la nature de cet homme cartésien, réfléchit, analytique et bosseur, mais juste l’expression d’une prudence légitime.

 

Son groupe est jeune, encore perfectible, même s’il était avant cette compétition déjà champion d’Europe Espoirs, et détenteur, depuis cette même date, du record de France en 3 mn 56 sec 277 ! Mais entre l’Europe Espoirs et Élite il y a parfois un « gap » comme disent les Anglais, maîtres de la discipline, que le quintet Corentin Ermenault, Sylvain Chavanel, Benjamin Thomas, Thomas Denis et Benjamin Thomas ont validé un chrono gagnant de 3 mn 57 sec 594 !

 

Le sourire alors affluait sur les lèvres de Steven Henry. « Ce que l’on a réalisé ce soir, sur un championnat d’Europe, c’est énorme, même si c’est post-Olympique. Je ne sais pas si une équipe de France avait obtenu une telle victoire, et si c’est le cas cela remonte peut-être au siècle dernier avec les Ermenault (NDRL : père), Monin, Moreau. » Non c’est une grande première pour la France puisque les Europe piste en poursuite par équipes élite ont été inscrit au programme de cette compétition voici seulement six ans, en 2010. Donc les tricolores sur leur piste du Vélodrome National ont ouvert un nouveau chapitre au palmarès de l’Équipe de France. « Cette victoire valide le travail que l’on a fait, ce pacte moral que j’ai avec cette équipe en vue des Jeux de Tokyo 2020. C’est un groupe jeune qui bosse, progresse. Sylvain Chavanel lui a apporté son expérience, sa gestion de la course, des grands événements mais aussi sa fraîcheur. On a de bons coureurs ce soir, et derrière de très bons juniors qui poussent et de bons élite qui peuvent revenir, je pense notamment à Julien Morice ».

 

Travailler, encore et toujours tel est le « credo » de Steven Henry et de ses « boys ». « On va travailler à allonger encore davantage les relais, bosser encore plus sur le SRM dans les mois, les semaines à venir. Travailler dans la perspective des Jeux de Tokyo, mais aussi de Paris 2024 si la France à cette chance énorme d’accueillir les Jeux sur son territoire. Il faut que l’on continue à aller de l’avant, que l’on progresse, le but se serait à l’occasion des prochains Championnats du Monde sur piste à Hong-Kong que l’on puisse se rapprocher du top quatre mondial. » Cette idée séduisante est loin d’être utopique.

 

Hervé Bombrun

crédit photo FFC – Patrick Pichon – + de photos

RÉSULTATS COMPLETS