Rayan Helal a battu en finale des Championnats de France le tenant du titre Sébastien Vigier, avec ces deux hommes, sans oublier les Landerneau, Grengbo, Lafargue la France a encore de beaux jours devant elle dans la discipline du sprint.

 

Les Hollandais dominent le sprint mondial, mais la France n’est pas décrochée du wagon de tête. On l’a vu en Pologne cette année, où un sprinter blessé au pied, rongeait son frère, en encourageant chaque membre de l’équipe de France. Cet homme c’était Rayan Helal. Lui qui avait battu quelques semaines plus tôt Kenny, Glaëtzer en match, le seul à y être parvenu avant le mondial, et qui aurait dû monter dans l’arène de Pruszkow. Quelques mois plus tard, Rayan Helal est revenu fort, dans la lumière, et a disputé la finale des Championnats de France de vitesse individuelle face à son coéquipier de club, Sébastien Vigier, Champion d’Europe Espoirs de la discipline. « Je réalise une belle saison, j’ai eu du mal avec cette blessure juste avant le mondial, et après j’ai voulu revenir vite. J’ai bien bossé, peut-être un peu trop, car j’étais un peu fatigué aux Europe Espoirs, mais là j’ai retrouvé des sensations et je me suis battu avec mes armes sur ce Championnat de France. J’ai retrouvé de bonnes sensations, et je suis content. J’ai réussi à accrocher le bon wagon cette saison. Je bosse et je vois au fur-et-à mesure des compétitions que j’avance, progresse. Je vais continuer dans cette voie afin de continuer à faire évoluer mon niveau ». L’émulation entre les sprinters français va porter ses fruits, la France est déjà une grande nation du sprint, mais avec ses pépites comme Helal, Vigier, Lafargue et Landerneau, le niveau ne peut que monter encore. « Mon but maintenant est de décrocher ma sélection pour les Championnats d’Europe élite à Apeldoorn, pour les prochaines manches de Coupes du Monde, dans le but de continuer à apprendre, évoluer et élever mon niveau compétition après compétition ».

 

Avec dans un petit coin de la tête les Jeux de Tokyo en 2020 ?

« Les Jeux c’est demain, tranche Rayan, mais pour le moment je suis focus sur les courses qui vont arriver, les Europe et les Coupes du Monde cet hiver. On y verra plus clair après les Championnats du Monde 2020, si je suis sélectionné c’est bien, si je n’y vais pas, je continuerai à travailler dans le but de m’améliorer pour atteindre cet objectif. La France est une nation forte sur le sprint piste, on ramène toujours des médailles en vitesse par équipes, en vitesse individuelle ou en keirin. Il y a un fort potentiel coureurs. Les trois meilleurs français iront aux Jeux de Tokyo en sprint, c’est la loi du sport. Mais on verra tout cela au moment voulu ».

 

Tout semble glisser en fait sur Rayan Helal… nouvelle force tranquille du sprint tricolore.

 

 

Hervé Bombrun