Avec force et détermination, Sébastien Vigier est allé chercher son cinquième titre de Champion de France élite, celui du keirin. En patron, en force et avec une envie qu’il a affichée après avoir passé la ligne en se frappant le torse. Signe de délivrance, après un tournoi de sprint qui l’avait vu, la veille, se faire détricoter son maillot tricolore par son coéquipier de club et au Pôle Olympique de Saint Quentin-en-Yvelines, Rayan Helal. La finale de keirin était une finale de costaud, avec du lourd aussi en termes de palmarès sur la piste, mais au final ce sont deux sprinters de la génération montante, Vigier et Landerneau, accompagné d’un de la génération intermédiaire, sans vouloir lui faire injure, Quentin Lafargue qui ont pris respectivement place sur le podium à la première, troisième et deuxième place. »Ce titre est une délivrance après la frustration et les erreurs que j’ai commises, hier, en finale de la vitesse. Cela m’a mis les nerfs de perdre mon titre ainsi, et gagner aujourd’hui m’a libéré. » Sébastien Vigier qui avait mis gros pour cette finale, « mais pas si gros en fait, tellement cela a roulé vite. J’étais devant, mais j’ai vu vite que d’autres cherchaient à prendre la tête, notamment François Pervis, mais qui comme moi voulait être en tête sans prendre la course à son compte, je savais qu’il fallait attendre qu’un maillot se décale pour produire mon maillot effort ». Le maillot qui s’est décalé fut celui de Quentin Lafargue, Sébastien Vigier a alors bondi dans son sillage. L’affaire était faite…

 

 

Hervé Bombrun