podium-poursuite-hommes1_1Superbe finale !

 

Intense, disputée, belle et génératrice de suspense.

 

Le match qui a opposé Sylvain Chavanel et Corentin Ermenault a tenu toutes ses promesses.

 

Et le titre de Champion de France de poursuite individuelle hommes 2016 au final est revenu au coureur de Direct Energie. Mais le vélodrome de Bordeaux-Lac a vibré durant tout le match, avec un Chavanel qui a pris de suite une belle avance sur Ermenault, mais le Picard est revenu tour après tour pour venir finalement mourir sur les talons du dernier vainqueur du Tour du Poitou-Charentes. 4 mn 23 756 contre 4 mn 24 sec 756. « Il m’a manqué quelques tours », indiquait Ermenault, médaillée d’argent et qui en a vu déjà de toutes les couleurs sur ces France 2016, « mais je n’étais pas venu pour cela, sur cette épreuve », soufflait-il encore.

 

Il était venu pour prendre la place de Sylvain Chavanel qui a su conserver son titre un an de plus.

 

« C’est bien de gagner un titre de Champion de France, disait d’ailleurs le Poitevin, mais ce qui est plus difficile c’est de confirmer l’année d’après, de les empiler un peu comme je l’ai fait en contre-la-montre. Mon but maintenant est de battre le record de France, et pourquoi pas dans le cadre des Championnats d’Europe sur piste sur Vélodrome de Saint Quentin-en-Yvelines, si je suis sélectionné pour cette compétition ».

 

La présence de Chavanel sur cette épreuve pourrait-être une belle tête d’affiche pour l’Équipe de France, en tout cas. « Je n’étais pas super bien ce matin lors des qualifications, ajoutait Sylvain, car avant cette course je n’avais comme repères que les efforts faits à l’entraînement. Je suis content car nous avons livré une belle finale, Corentin et moi. Il y a eu match. La piste est un plaisir personnel, et c’est sympa d’avoir eu un tel adversaire en face de moi. Il y a une belle dynamique en France en endurance sur la piste avec de bons jeunes prometteurs comme Corentin, Florian Maître, Thomas Denis. Ils ont l’esprit tourné vers les Jeux de Tokyo en 2020, c’est loin pour moi cette échéance et à cette date je ne serais peut-être plus sur un vélo, mais je reste un passionné. On ne fait pas dix-sept chez les pros par hasard. Quand je vois ces jeunes arriver cela me réconforte, c’est beau. On a de l’avenir en endurance. C’est pareil ici, j’aurai bien voulu disputer la poursuite par équipes avec mon comité. J’ai même loué un vélodrome une journée pour cela, mais les coureurs qui avaient contacté n’ont pas pu débloquer leur emploi du temps. J’étais en fait plus triste pour eux que pour moi ». Ainsi, est Sylvain Chavanel, un homme au grand cœur sur comme en dehors du vélo.

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

RÉSULTATS COMPLETS