LAFARGUE-PERVIS2_1

Lafargue – Pervis
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

L’effet de surprise n’a plus lieu d’être ! Quentin Lafargue avait peut-être fait sensation l’an passé, auprès des non-spécialistes quand il a accroché à son palmarès, son premier titre de champion de France de vitesse individuelle élite hommes. Titre et médaille qui annonçait sa troisième place aux championnats du Monde sur la piste du Vélodrome National de Saint Quentin-en-Yvelines. Cette année devait-être celle de la consécration, et l’Aquitain, licencié en Provence, n’a pas tremblé sur sa piste, devant son public. Il a battu en deux manches un « client » de haut-niveau en la personne de François Pervis. Tandis que pour le bronze Michaël D’Almeida s’imposait lui aussi en deux manches face au « revenant », Charlie Conord qui a montré de belles choses en terre Bordelaise.

 

Mais le roi de France pour une saison encore cela reste Quentin Lafargue qui s’est annexée la discipline reine du sprint. « Cela pouvait-être une surprise ma victoire, l’an passé, déclarait l’ancien triple champion du Monde juniors, mais cette année cela ne peut pas être le cas.

 

 

 

J’ai disputé ici des matches de haut-niveau face à des sprinters au palmarès déjà confirmé au niveau international, et encore, ici j’étais en rodage, avant les championnats d’Europe de Grenchen. J’ai pu voir où j’en étais physiquement, et je sais que je serai mieux encore en Suisse. »

 

Car aujourd’hui, un sentiment nouveau habite le « gentil » Quentin, la confiance. Et celui-ci peut porter haut un athlète. « J’ai forcément Rio en tête, j’ai lu dans la presse que j’avais « gros » à jouer sur ces championnats, et cela me fait un peu rire. Les règles sont claires en équipe de France pour la sélection aux Jeux, mais j’y pense. Je ne suis pas favori pour l’instant pour aller au Brésil, mais j’ai montré l’an passé que je pouvais être là. Ici, cela n’est que le Championnat de France, si on peut dire… mais je l’ai gagné ! Le gros objectif à venir c’est les Championnats d’Europe, car le sprinter qui gagnera cette épreuve sera directement qualifié pour les Championnats du Monde. » Une saveur mondiale que le sociétaire du VC Saint-Antoine-la-Gavotte veut retrouver.

 

« Ma médaille de bronze obtenue l’an passé à SQY, était une belle étape, mais aujourd’hui, j’en veux encore plus. Je me suis remis beaucoup en question après les championnats du Monde 2015, j’ai changé des choses. J’en ai fait évoluer d’autres. Je n’ai pas le statut de coureur pro, mais j’essaye vraiment de l’être dans ma vie de tous les jours. Cela a commencé à payer en ce début de saison, et ce n’est qu’un début… » Une phrase lancée comme une forme d’avertissement ?

 

 

Hervé Bombrun

 

PODIUM-VIT-HOMMES_1

PODIUM
Crédit photo FFC – Patrick Pichon