Marmotte-1

 

Les prévisions météorologiques des jours précédents et la présence de la pluie la veille en soirée, donnaient quelques inquiétudes à l’ensemble des acteurs de l’épreuve.

Cette incertitude climatique n’eut pas de conséquence sur la participation qui était au niveau des précédentes éditions, soit participation maximum, la Marmotte, la plus ancienne Cyclosportive du calendrier national est un must que l’on coche dans ses objectifs d’une saison, en France, comme à l’étranger !

 

L’épreuve fut très disputée avec un vainqueur français, ce qui ne fut pas toujours d’actualité dans le passé, il faut en effet remonter à 1998 et la victoire de Didier Miranda!

 

 Marmotte-2

 

En effet, c’est plus de 7000 compétiteurs de tous âges et de tous niveaux, qui s’élancèrent dès 7 h 00 du matin sur cette 12ème manche du Trophée Label d’Or, pour effectuer ce parcours mythique de 174 km, digne d’une grande étape du Tour de France.

Dès l’ascension du Col du Glandon, la sélection s’opérait avec un groupe très international d’une vingtaine de coureurs. Derrière deux groupes composés également d’une vingtaine d’éléments franchissaient le sommet avec un passif d’environ 3 à 4 minutes.

Cette année, une innovation concernant la descente du Col du Glandon a vu le jour. Suite aux incidents des années précédentes, les organisateurs ont décidé de ne pas prendre en compte le temps de cette descente réputée « acrobatique », afin de la sécuriser.

 

Marmotte-3

 

La longue remontée de la Vallée de la Maurienne n’apportant aucune modification dans l’ordre des principaux groupes, les acteurs allaient en découdre dans la double ascension du Télégraphe et du Galibier. Les positions se clarifiaient encore au passage au sommet de ce dernier Col monumental avec une dizaine d’hommes encore dans la course à la victoire.

 

La descente du Lautaret en direction de Bourg d’Oisans avalée à toute vitesse. La difficile ascension de l’Alpe d’Huez allait être le juge de paix pour la dizaine de prétendants encore en course.

A quelques kms de l’arrivée, il ne restait plus que trois coureurs français, Peter Pouly, Loïc Ruffault et Giusseppe DiSalvo, pour postuler au sacre de cette édition.

 

L’incertitude allait tenir le public en haleine jusqu’au bout puisque Peter Pouly franchissait la ligne avec une petite minute d’avance sur Loïc Ruffault.

Ensuite c’est une guirlande interminable de cyclistes qui arrive avec des attitudes qui ne demandaient pas de commentaires, mais pour chacun d’entre eux le challenge était atteint.

 

Marmotte-4

 

Belle édition 2014, car les participants ne peuvent que repartir avec des images plein les yeux, et ils deviendront des ambassadeurs de la marmotte.

 

Notons également, la parfaite organisation due aux 600 bénévoles, avec une remarque particulièrement positive sur la sécurité, mais aussi le comportement responsable des coureurs dans les descentes.

A regretter, la faible participation de nos licenciés français.

 

Serge Servain

 

Classement de la Marmotte 2014

 

– Classement et points TLO, à venir prochainement.