États Généraux du Cyclisme Féminin – Mennecy – Plan de médiatisation – Nicolas Geay

États Généraux du Cyclisme Féminin – Mennecy – Plan de médiatisation – Nicolas Geay

Les États Généraux du Cyclisme qui se sont tenus dans la salle des comités sportifs à Mennecy ont attiré un beau parterre de journalistes et personnalités des médias : Nicolas Geay et Marion Rousse, journalistes et consultantes chez France Télévisions, Cyrille Guimard sélectionneur national des pros et consultant sur RMC Sports, Jérôme Papin, directeur délégué et responsable de l’antenne sur Eurosport, et Mathilde Gros jeune athlète de la FFC, triple championne du monde sur piste juniors cet été.

 

Nicolas Geay, France Télévisions

« Il existe sur France Télévisions un vrai engagement en faveur du cyclisme féminin et du sport féminin en règle générale. Le sport féminin peut et doit se développer autour des histoires de ces championnes car ce sont elles qui feront rêver les petites filles et qui leurs donneront envie de pratiquer le cyclisme. Marion Rousse consultante chez nous a aussi été recrutée pour son passé de cycliste, mais aussi pour sa connaissance forte et claire du cyclisme. Elle est aussi un modèle d’exemplarité pour les filles. Elle incarne l’ancienne athlète de haut-niveau qui a réussi sa reconversion qui est pro, sait de quoi elle parle et est crédible. »

 

Jérôme Papin, Eurosport

« Les licenciés FFC ont beaucoup de chance car le président Michel Callot et la vice-présidente de la FFC, Marie-Françoise Potereau ainsi que l’ensemble du bureau exécutif ont décidé de travailler de concert avec nous et France Télévision en parfaite complémentarité. Dans le cyclisme hommes ou femmes, nous, télévision ce qui nous intéresse c’est de rapporter des histoires, de les montrer aux téléspectateurs. On ne vend pas du rêve, c’est le sportif qui fait rêver le téléspectateur, nous nous sommes juste des diffuseurs de rêve. Il y a aussi la perspective de Paris 2024 pour le cyclisme en général qui va entrer en ligne de compte, mais aussi pour le cyclisme féminin, mais ce qui compte pour ces Jeux c’est aussi l’héritage qu’ils vont laisser à la France en termes de développement des activités sportives ».

 

Marion Rousse (France Télévision)

« Quand on m’a demandé de devenir consultante à la télé, je me suis posée pleins de questions. Je me suis demandée si j’allais en être capable, mais au bout d’un moment je me suis dit « tu as tellement galéré sur un vélo, tu sais parler de ton sport, l’analyser ». Le public a de suite adhéré à ma présence, a apprécié très vite mes interventions d’abord sur Eurosport, puis maintenant sur France Télévisions. Il a clairement compris que j’amenais mon expertise. Mo rôle dans les médias aujourd’hui est de mettre en avant le cyclisme féminin, d’en parler dès que je peux. Il ne faut pas aussi parler tout le temps d’une fille uniquement comme dans le temps avec Jeannie Longo notre génération en a tellement souffert, puis aujourd’hui avec Pauline sur la route et en VTT et Mathilde sur la piste, mais varier les sujets et par exemple faire un focus sur l’équipe FDJ-Nouvelle Aquitaine Futuroscope ».

 

Cyrille Guimard (RMC infos)

« L’équité hommes femmes dans le sport ou dans le cyclisme passe par de grands événement et donc par conséquence la retransmission de ces derniers à la télévision. Il faut le retour à un grand événement comme l’a été pendant des années le Tour de France féminin, c’est cette épreuve qui a donné à Jeannie Longo la notoriété qui a été la sienne. C’est par le biais de grands événements et de la télévision qui les retransmets que l’on donne de la notoriété aux champions et donc pareillement aux Championnes ».

 

 

Mathilde Gros (athlète piste FFC)

« J’ai débuté le cyclisme voici trois ans, et j’ai vite eu des demandes de la part des médias, avec notamment des interviews à la télévision. Je fais aussi de mon côté la promotion du cyclisme féminin via les réseaux sociaux, et j’anime moi-même ces divers canaux via twitter, instagram et Facebook. Je relate mon expérience, ce que je vis en qualité d’athlète de haut-niveau. Je me rends aussi dans des collèges et je vais à la rencontre des jeunes collégiens et collégiennes et je leur explique ma vie d’athlète de haut-niveau, mais aussi mon quotidien avec mes études, les loisirs qui m’occupent. J’essaye avec ces démarches de leur donner envie de faire comme moi ».

 

 

Hervé Bombrun

Photo FFC  Patrick Pichon