Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel vient de publier une étude sur le thème « Sport et télévision », avec une conclusion optimiste quant à la médiatisation du sport féminin.

Le CSA a en effet lancé en 2016 les 4 saisons du sport fin de mettre cette pratique à l’honneur et de l’ancrer dans les usages. Femix’Sports est fière de pouvoir y participer. Cette étude démontre que la diffusion du sport féminin peut avoir des retombées majeures sur la discipline, ses retombées et la pratique de cette dernière.

Les JO par exemple offrent une forte exposition par rapport aux disciplines peu médiatisées dans d’autres circonstances, d’autant plus si les athlètes français réalisent de belles performances. La coupe du Monde de football femmes 2011 a, elle, par exemple, coïncidé avec une augmentation forte du nombre de licenciées femmes à la FFF (+90% entre 2011 et 2016).

La médiatisation des compétitions internationales de football femmes depuis cette date s’est intensifiée de façon continue, portée par les bonnes performances de l’équipe de France. Les grandes compétitions ont été par ailleurs diffusées sur les antennes de C8, W9 ou CStar, avec de fortes audiences à la clé.

La ½ finale France-États Unis en 2011, le ¼ de finale de 2015 en 2016 ont permis à D8 et W9 d’établir des records d’audience et un record pour les chaines de la TNT. W9 a été leader en termes d’audiences durant toute la rencontre qui a attiré 4,1 millions de téléspectateurs en moyenne, soit une part d’audience de 2, 62%.

Les montants des droits de télévisuels associés à ces « nouveaux » sports sont faibles relativement à ceux des sports les plus diffusés. La Coupe du Monde de football présente en effet un taux de rentabilité supérieur à 1. Les recettes publicitaires associées à cet événement sont supérieures au montant de ses droits TV.

L’acquisition par le groupe TF1 de l’intégralité des droits de diffusion de la Coupe du Monde 2019 de football femmes, traduit l’attractivité croissante de cette compétition pour les diffuseurs. La retransmission de matchs sur TF1, chaîne leader du marché (19, 4 de PdA en avril 2017), pourrait encore accroître les performances d’audience des compétitions femmes de football.

Le rapport complet du CSA est téléchargeable ici

http://www.csa.fr/Etudes-et-publications/Les-etudes-thematiques-et-les-etudes-d-impact/Les-etudes-duCSA/Sport-et-television-Contributions-croisees2

 

Autre exemple, le rugby

 

Diffuseur officiel de la Coupe du Monde de Rugby Féminin 2014, France 4 a réalisé, du 1er au 17 août, d’exceptionnelles performances d’audience, en fédérant en moyenne 1.2 million de téléspectateurs pour 7% de PdA* sur les six matches diffusés en direct et en enregistrant un record historique le mercredi 13 août pour la demi-finale France / Canada, suivie par 2,2 millions de téléspectateurs pour 10,2% de PdA*. Au total, ce sont 7.8 millions de téléspectateurs qui ont suivi au moins cinq minutes de l’une des six rencontres de cette Coupe du Monde 2014 diffusées en direct sur France 4.

Les quatre matches des Bleues diffusés en prime time ont réalisé des performances exceptionnelles sur France 4, en réunissant en moyenne près de 1.6 million de téléspectateurs pour 8.2% de PdA*, ce qui a placé à chaque fois la chaîne leader de la TNT en prime time. La demi-finale France / Canada, diffusée le mercredi 13 août, a notamment établi un record historique pour un match de rugby féminin, avec près de 2.2 millions de téléspectateurs pour 10.2% de PdA*, ce qui constitue la deuxième meilleure audience historique pour une chaine de la TNT. Avec cette demi-finale, France 4 s’est placée en 3e position du prime time toutes chaînes confondues et a réalisé ce soir-là sa meilleure audience historique.