FRANCOIS-TRARIEUXEntraîneur national en charge du cyclo-cross au sein de la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Cyclisme, François Trarieux livre à France Cyclisme les ambitions nourries par l’Équipe de France pour les Championnats d’Europe lesquels se dérouleront ce week-end à Rosmalen, aux Pays-Bas.

 

France Cyclisme : Qu’elles sont les ambitions nourries par l’équipe de France pour cet Euro 2018 ?

François Trarieux : « Elles restent conformes aux saisons précédentes, à savoir que nous possédons dans les jeunes catégories de belles chances d’aller décrocher des médailles, notamment chez les Espoirs hommes qui possèdent une expérience solide du haut-niveau. Après ce sera la course qui parlera. Mais nous avons vu, par exemple, Eddy Finé se classer 2edu cross du Koppenberg, hier. Le staff de l’équipe de France va accompagner ces coureurs afin de les placer dans les meilleures dispositions pour performer. Après avec les juniors et Espoirs dames, nous poursuivons notre travail de formation, car pour certains d’entre eux cela sera leur tout premier Championnat, à l’échelon continental. »

 

FC : Certains d’entre eux connaissent néanmoins déjà ce type de confrontation ?

FT : « Oui, Mattéo Vercher avait l’an passé disputé le Championnat d’Europe à Tabor, en juniors première année. Il avait été sélectionné justement dans le but d’acquérir de l’expérience. J’espère que cela lui servira afin d’aborder au mieux les Europe 2018, à Rosmalen. Et que les autres lui prendront la roue afin d’aller chercher, pourquoi pas, un beau résultat sachant que par le passé le Championnat d’Europe nous a toujours, assez bien, réussi dans la catégorie des juniors. Il faut que nos coureurs soient plus décomplexés par rapport aux Belges et aux Hollandais, et moins attentistes que ce qu’ils n’ont été à Bern, récemment, en Coupe du Monde. Théo Thomas qui avait disputé lui aussi le Mondial de Valkenburg, doit comme Mattéo, montrer l’exemple au groupe, et le tirer vers le haut. Les juniors doivent imposer leur rythme dans le but d’aller décrocher une médaille ».

 

FC : Et en élite hommes ?

FT : « Il y a là encore un bon groupe avec cinq coureurs qui présentent des profils un peu différents les uns des autres. Steve est le coureur expérimenté de l’équipe. Il est Champion de France, depuis le début de l’année, il tourne autour du top 10 mondial, et je pense qu’il aura à cœur sur cet Euro 2018 de se rapprocher du top 5 Européen. Matthieu Boulo et Fabien Canal, eux, ont entrepris une remontée au classement UCI. Ils ont accumulé plusieurs top 20 en Coupe du Monde depuis le début de saison. David Menut, lui, fait son retour en équipe de France de cyclo-cross élite. Il remet le pied à l’étrier, et comme Joshua Dubau, ils auront une grosse course de remontée à effectuer. Il faut que les élite hommes prennent ce Championnat d’Europe dans l’idée de se dire que c’est possible pour eux aussi. Je suis en tous les cas heureux d’avoir une belle équipe de France au départ de ce Championnat d’Europe de cyclo-cross 2018. ».

 

FC : Chez les femmes ?

FT : « Marion Norbert-Riberolle a fait le choix de partir vivre en Belgique afin de continuer à progresser et courant au contact des meilleures spécialistes mondiales de cyclo-cross. Le seul petit bémol c’est l’absence d’élite femmes au départ. Nous avons eu une discussion à ce sujet avec le DTN, et à date, force est de constater que nous avons peu de filles qui remplissent les critères de sélection chez les élite femmes pour ce Championnat d’Europe. Je pense néanmoins qu’en fin de saison pour le mondial nous pourrons compter sur Marlène Petit, Caroline Mani aussi- laquelle connaît malheureusement pour l’heure des soucis d’ordre personnel qu’elle doit régler- pourquoi pas espérer aussi en fin de saison le retour de Pauline Ferrand-Prevot, ou de Perrine-Clauzel. J’espère en tout cas que nous aurons une belle équipe dames à présenter à l’occasion du mondial de cyclo-cross 2019 ».

 

Propos recueillis par

Hervé Bombrun