Clément Venturini a été contraint à l’abandon hier en Suisse, à Eschenbach, sur l’EKZ Tour. « Je sors d’une séance de home-trainer, indique à France Cyclisme, le coureur de Cofidis, et mon genou est raide. Je ne peux pas dire si c’est à cause de la plaie dessus et si j’ai mal précisément à cet endroit du corps. Je vais faire des soins chez le kiné et l’ostéo aujourd’hui, je vais en savoir un peu plus. »

Impérial depuis le début de saison, le coureur de Cofidis a joué de malchance en Suisse. « Il y avait un gros devers sur le parcours, raconte-t-il, et c’était très chaud car j’ai fait en début de course le mauvais choix de boyaux. J’ai pris la course, et cette difficulté à l’envers. Je suis tombé une première fois, et je change de vélo. Je change une deuxième fois de vélo, et il y a eu une mauvaise communication au poste, car on m’a redonné le vélo avec la « mauvaise » monte de boyaux. Je suis de nouveau tombé et j’ai cassé ma chaussure dans le choc, ce qui m’a contraint à l’abandon. » Quitter la course n’est pas dans les habitudes du Lyonnais, et cette obligation lui a coûté hier. « C’est le genou droit qui a tapé », explique encore Clément Venturini qui sortait d’un stage avec son équipe à Lloret del Mar. « De lundi dernier à vendredi dernier. J’ai fait un gros début de semaine, du bon boulot, puis le jeudi j’ai levé le pied. On a vraiment bien bossé en Espagne, là maintenant, je vais attendre l’examen du kiné et savoir ce qu’il pense de mon genou. J’ai bien glacé depuis hier, il va m’apporter les 1ers soins et selon son avis, je ferai ou non une IRM afin de voir si il n’y a pas une inflammation sous la rotule. »

 

 

 

Hervé Bombrun