Fabien Doubey a été prophète en son pays. Sociétaire du CC Etupes, le Franc-Comtois a accroché à son palmarès la première manche de la Coupe de France de cyclo-cross « La France Cycliste ».« Cela faisait longtemps que je n’avais pas gagné, indiquait-il, et cela fait duy bien au moral, cela donne envie de continuer et maintenant il faut continuer comme cela, aller chercher les plus grands coureurs de la discipline, les Belges, sur le terrain des Coupes du Monde. Je mesure aussi mon succès ici, car je sais qu’il manquait du monde au sein de notre catégorie, à commencer par le champion de France de la catégorie, Clément Venturini qui court cette épreuve désormais avec les élites. Je reste donc les pieds sur terre, mais cela me booste bien en vue de la saison internationale. J’avais axé ma préparation sur cette première manche à Besançon, ville qui est un peu ma « deuxième » maison. Le contrat est rempli. Cette semaine en plus j’ai eu la chance de pouvoir m’entraîner en compagnie de Francis Mourey, je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de choses à faire encore afin de progresser et dans nombre de domaines. C’était important de voir la manière dont il fonctionne Francis. »

Bien tenu par Clément Russo pendant toute la course qui est resté toujours à porté de fusil, Fabien Doubey a pu se livrer à fond, comme le coureur Rhône-Alpin, du reste. « C’était mon quatrième cross ici, mentionnait auprès de ffc.fr, l’ancien champion de France juniors. Je veux maintenant rester parmi les trois premiers sur les échéances nationales qui vont s’enchaîner au cours de la saison, et monter de niveau en Coupe du Monde pour essayer d’accrocher les places entre le top 10 et 15. Je sais que cela sera compliqué car il y a du niveau avec Van Der Poël, les Belges, mais ma volonté est de monter en puissance tout au long de l’année. Je sens que j’ai pris de la force cette année sur la route. Je suis parti en deuxième catégorie, et je gagne deux courses, puis je monte en première. J’ai disputé entre deux manches de cyclo-cross, la finale de la Coupe de France de DN2, le Tour de Rhuys. Je me classe trente-deuxième. C’était pour voir, pour me familiariser avec ce genre d’épreuves sur lma route en vue de la saison 2015. » L’échéance route, en revanche, est encore loin avec Kévin Bouvard, revenu à très bon niveau en cyclo-cross, et qui signe pour son retour national, un podium. Toujours aussi brillant le Haut-Savoyard licencié à l’AC Bisontine.« Le podium c’est pour le club, pour le bénévole qui se sont donnés à fond pour mettre sur pied cette épreuve, sur ce si beau parcours. C’est aussi pour le président Pascal Orlandi. Aujourd’hui, j’ai plus pédalé pour eux que pour moi. Je l’ai fait pour Pascal qui m’a rappelé que j’étais capable de gros exploits dans les rangs juniors, et que je pouvais le refaire. Il croyait plus en moi que moi je m’en pensais caopable. C’est sympa. » Et les mots ont touché Bouvard.

Hervé Bombrun