Marlène Petit est cycliste le week-end, et la semaine, du côté de Hauteville-Lompnes, elle occupe un emploi de monitrice d’activité adaptée dans un centre hospitalier spécialisé en rééducation. « On utilise, mentionne-t-elle à ffc.fr, le sport comme vecteur de rééducation. » Voilà pour son programme au quotidien, « ce qui est bien, ajoutait-elle après sa victoire à Besançon, sur la première manche de la Coupe de France de cyclo-cross « La France Cycliste » dames, c’est que j’ai terminé mes études cette année, et désormais je peux me consacrer uniquement à mon métier et au sport. »

 

Lauréate de trois courses cette saison, elle a signé en Franche-Comté sa première victoire sur le plan national. « Cela va me motiver pour la suite, poursuivait-elle. Je veux essayer de voir jusqu’où je peux aller, et peut-être que ce succès motivera un peu plus mon employeur à me dégager un peu de temps afin que je puisse m’entraîner davantage. » Son but étant de progresser aussi dans la hiérarchie.

 

« J’ai déjà disputé des manches de Coupe du Monde il y a deux ans à Namur et Zolder, et l’an passé à Nommay, rappelait la sociétaire du Chambéry Cyclisme Compétition. Je sens que j’ai progressé cette année, je fais beaucoup de qualitatif à l’entraînement. J’ai fait attention à la diététique cette année, et tout cela paie, et me suis forcé à courir sur la route ce qui m’a donné de la force. La semaine passée, j’ai suivi Lucie Chainel en Suisse, et cela a été une forme de déclic. J’avais envie de bien faire ici, mais mentalement c’était dur. J’avais effectué par le passé deux fois deux belles prestations à Besançon, mais j’ai eu du mal à chaque fois pour terminer. Mais la cela s’est bien terminé, même si j’ai eu des sueurs froides.

 

Le but maintenant ce serait de passer un cap hors de nos frontières , je sais que je suis sélectionnée pour les championnats d’Europe de Lorches, en Allemagne, le 8 novembre. Je vais donc rester concentrée sur les échéances à venir, peut-être que je vais demander à mon employeur des disponibilités pour aller à Valkenburg sur la première manche de Coupe du Monde, le 19 octobre. Et sur le plan national, je vais tenter, de garder ma place. » Tout un programme… avec au milieu des heures de boulot à effectuer…

 

Hervé Bombrun