Flavien Dassonville sera l’un des représentants français demain sur la troisième manche de Coupe du Monde de cyclo-cross, à Milton Keys, en Grande-Bretagne. Le coureur de Stéphane Javalet espère aussi disputer une autre épreuve sous le label coupe du Monde UCI de cyclo-cross, celle de Zolder, le 26 décembre, au lendemain des fêtes de Noël. « J’avais la possibilité d’aller en Grande-Bretagne, indique à ffc.fr, le coureur de BigMat Auber 93, j’en ai donc profité. Les cinquante premiers en plus marquent des points UCI, donc c’est intéressant. Je prends cette course comme une expérience, une découverte. J’avais disputé des manches de Coupe du Monde de cyclo-cross déjà dans les rangs juniors, mais là ce sera ma toute première fois chez les Élites. » Un retour dans les sous-bois pour Flavien Dassonville qui sera aussi présent lors de la finale de la Coupe de France « La France Cycliste » de cyclo-cross à Lanarvilly, le 14 décembre prochain, et aux championnats de France à Pontchâteau (les 10 et 11 janvier 2015). « Je veux disputer la saison hivernale à fond, explique le Picard, cela me manquait car le cross j’en ai toujours fait. Là, j’ai vraiment ressenti le besoin de faire tout l’hiver. Mon but aux France, sur le parcours de Coët Roëz se sera d’accrocher si possible un top 5. » Le cross moyen idéal pour lancer sa saison route ? Sans aucun doute. « J’ai eu quelques contacts à l’inter saison pour changer d’équipe, note encore Flavien, mais rien de bien sérieux, et surtout de concret. C’est dommage car je suis en constante progression depuis deux saisons maintenant. La suite logique aurait voulu que je change de niveau. Que je passe soit en continentale pro soit en Pro-Tour, c’est la raison aussi pour laquelle j’ai connu une fin de saison assez difficile. Je me suis fait quelques illusions par rapport à 2015, et j’ai été déçu. Maintenant je n’ai aucune revanche à prendre par rapport à qui que ce soit, je veux juste continuer ma progression l’an prochain, et montrer que j’ai ma place au-dessus chez les pros. Je vais être l’un des hommes de base chez Auber en 2015, avec une pression de résultats forcément supérieure. Je ne suis plus dans une phase d’apprentissage, mais je dois performer, vu que cela sera ma cinquième année chez les pros. » Performer Dassonville sait faire, lui qui a terminé cette année deuxième du Trop Bro Léon, 3ème de Paris-Chauny, de Paris-Troyes, 8ème de la Classic Loire-Atlantique, 8ème au général des Boucles de la Mayenne et vainqueur d’une étape au Tour d’Auvergne. Mais avant de retrouver le grand air de la route, c’est le cross qui l’anime. Retour sur ses ambitions Britanniques. « Je ne sais pas trop en fait car je n’ai aucun point UCI, et je vais partir de la dernière ligne. Je ne connais pas le niveau international comme je l’ai signalé, je vais être animé par le désir de faire le meilleur résultat possible pour cette première, et ensuite, à Zolder, le but sera de faire mieux, car je serai au fait du contexte et de la concurrence. »Hervé Bombrun