Steve Chainel, qui a stoppé sa carrière sur route, a décidé de se lancer à fond dans le cyclo-cross, via l’équipe qu’il vient de créer, « le cross team by G4 ». Tous deux d’ailleurs disputeront demain la toute première manche de Coupe du Monde de cyclo-cross de la saison à Las Vegas.

 

Pourquoi avoir décidé, Steve, de monter une équipe de cyclo-cross ?

Steve Chainel : « Cela fait depuis 2000 que je participe aux championnats du Monde de cyclo-cross, et depuis ce jour rien n’a été fait pour essayer de concurrencer les meilleurs élite belges. Jamais la France n’a pas décroché le titre mondial. On a eu bizarrement des champions du Monde chez les jeunes, juniors et Espoirs, mais derrière en élite aucune structure n’est entièrement dédiée au cyclo-cross. C’est – ou c’était- un réel manque en France ».

 

Que vous apporte Geoffroy Lequatre ?

S.C : « Geoffroy va nous équiper en vêtements cyclistes, sportswear mais il va surtout être là en soutien sur toute la communication. Il possède une grosse expérience à ce niveau. Son design est novateur, et ainsi, on va parler de notre team à coup sûr. C’est d’ailleurs le but montrer que l’on est capable de faire aussi bien qu’une nation comme la Belgique. Ce sont les meilleurs dans cette discipline, on ne les jalousent pas, mais nous souhaitons les copier ».

 

Vos ambitions et celles de Lucie, ton épouse ?

S.C : « Des ambitions précises nous n’en avons pas. On veut juste s’éclater dans la discipline que l’on aime le plus, et nous donner au maximum. Les résultats viendront avec une grosse dose de plaisir allié au sérieux ».

 

Le team peut-il grandir ?

S.C : « Oh que oui ! Le but est là d’ailleurs. On souhaite devenir une vraie équipe pro d’ici trois ans. Être en capacité de payer des coureur(e)s uniquement pour le cyclo-cross. Cette discipline est une affaire de spécialistes, et nous sommes une vraie équipe de spécialistes. C’est notre volonté ».

 

Pourquoi disputer la Coupe du Monde de Las Vegas ?

S.C : « Parce que c’est une manche de Coupe du Monde, justement ! Comment se revendiquer team de cyclo-cross si nous ne sommes pas présents sur ces épreuves…même à Vegas ! »

 

Allez-vous disputer d’autres cross aux Etats-Unis ?

S.C : « Non malheureusement, mais dans le futur pourquoi pas. Les USA sont une nouvelle terre de cyclo-cross, et il y a beaucoup de potentiel ici ».

 

 

 

Propos recueillis

par Hervé Bombrun