Tanguy Turgis a disputé les deux premières manches de la Coupe de France de Cyclo-cross, à Besançon et la Mézière avec un bilan faisant état d’une 13e et 11e place. « Hier, dit-il à France Cyclisme, j’étais dans le coup avec Joshua Dubau, Antoine Benoist et Eddy Finé, mais je casse mon dérailleur dans les hoops. J’ai dû faire une grande partie du circuit en courant. » Reparti en 28e position, le coureur Parisien est remonté jusqu’à la 11e place. « Mais quand on est devant et que l’on est relégué derrière, explique-t-il encore, ce n’est plus pareil. Et puis il m’a fallu du temps pour récupérer de ma longue course à pied. »

Dommage cet incident technique, car le futur sociétaire de l’équipe Vital Concept avait sans doute les moyens de bien faire en Bretagne. Mieux que 11e en tout cas. « Je vais faire tout l’hiver, au moins jusqu’aux Championnats de France que je vais disputer en Espoirs, explique-t-il encore. J’aimerais bien disputer le mondial, mais je dois décrocher ma sélection. Jérôme Pineau me laisse faire du cyclo-cross. Il va même me libérer un peu plus tôt lors de notre premier stage de cohésion pour que je puisse courir à Jablines ».

3e et dernier Turgis à passer pro, alors qu’il a 19 ans, Tanguy a choisi Vital Concept « car c’est une équipe composée de jeunes coureurs que je connais bien, comme Adrien Garel ou Corentin Ermenault. Je vais aussi avoir un programme adapté à mon âge avec le Tour de Bretagne et d’autres épreuves de ce type. J’avais le choix entre Cofidis et Vital Concept, mais j’ai choisi l’équipe de Jérôme Pineau pour les raisons que je viens d’énoncer, ce sera plus simple de faire mon trou dans une équipe jeune. Le choix d’équipe n’a pas été simple à faire, et il m’a demandé un peu de temps ».

 

 

Hervé Bombrun