Caroline Mani a fait fort de l’autre côté de l’Atlantique, là où elle réside la plupart du temps. La Franc-Comtoise a en effet couru plus de « vingt cross cet hiver, pour 14 podiums et trois ou quatre victoires. Ma plus mauvaise place c’est sixième ». Revenue en France, et plus exactement en Europe, ou elle a déjà disputé deux manches de Coupe du Monde, la bonne spirale de performances ne s’est pas démentie. Elle a notamment termine deuxième à Namur, et 5e au lendemain de Noël à Zolder, sur le parcours des futurs championnats du Monde, ou fut sacrée, faut-il le rappeler, une certaine Laurence Leboucher ! « Je n’étais jamais montée sur un podium de Coupe du Monde avant Namur, et les filles qui sont sur les podiums avec moi aux US, l’avaient toute fait. Je suis en plus heureuse d’avoir réalisé un tel exploit à Namur, car c’est l’une des manches les plus difficiles du circuit, sur le plan physique comme technique. »

 

La parenthèse Coupe du Monde refermée, elle va plonger dans un décor plus « national » en cette fin de semaine, à l’occasion de la finale de Coupe de France, à Flamanville.

 

« Je me vois mal être en France, et ne pas disputer cette épreuve. Je me dois d’être là, il faut jouer le jeu avec les organisateurs qui le jouent pour nous coureurs. » Un moyen aussi pour elle de prendre la température sur le plan domestique. Avant de batailler sur le terrain des Championnats de France. « Le circuit de la Malcombe est à un quart d’heure de chez moi. C’est mon gros objectif, le fait que Pauline ne soit pas au départ a redistribué les cartes. Je m’étais préparée afin d’être en condition, de pouvoir la titiller. Là, le titre sera plus ouvert. Ce serait bien pour ma part de le remporter une 3e fois, quelque chose de spécial puisque le dernier pour moi remontait à 2011. » Un maillot qui lui donnerait des ailes pour la fin de saison ? « Là cette fois c’est l’absence de Pauline et de Vos qui change la donne et ouvre plus la course au titre. C’est un peu plus ouvert pour le podium, je parts dans l’optique qu’après avoir fait un podium en Coupe du Monde pourquoi pas essayer d’aller chercher une médaille mondiale ».

 

 

 

 

Hervé Bombrun