Clément Venturini

Clément Venturini a remporté la finale de la Coupe de France de cyclo-cross 2016 à Nommay, et son deuxième classement général sur cette compétition.

Le coureur de Cofidis a effectué une course pleine, empreinte de promesses à quelques semaines des Championnats de France de Lanarvily. Il devance de vingt secondes Melvin Rullière et de vingt-six secondes son futur ex-coéquipier de la formation Cofidis, Arnold Jeannesson qui en 2017 portera les couleurs de Fortunéo-Vital Concept.

 

« Je ne savais pas où j’en étais après un stage d’une semaine à Calpe avec l’équipe Cofidis, et un week-end sans course, notait de suite après la course, le Lyonnais. J’ai pu voir dès le départ malgré tout que les jambes n’étaient pas mauvaises, mais ce qui était avant un piège c’est que l’état du terrain avait évolué entre les reconnaissances et la course. Cela glissait beaucoup et il fallait être vigilant. Je devais imposer mon rythme mais en ayant Victor Koretzsky dans ma roue je n’étais pas très serein compte tenu de sa belle tenue sur un vélo du fait qu’il vient du VTT. J’ai fait un gros tempo, et après j’ai creusé l’écart. »

 

Interrogé sur Mourey, le coureur de Cofidis a eu cette réponse. « Il n’y a pas que Francis et moi au départ, on n’est pas les deux seuls coureurs à disputer la Coupe de France, disait-il calmement mais fermement. Il faut, je pense, cesser de vouloir sans cesse nous opposer tous les deux, car ce n’est bon ni pour lui ni pour moi. Il n’y a pas que Mourey et Venturini au départ des courses, mais 60 coureurs. »

 

De son côté Francis Mourey sait lui aussi que le temps passe. « J’ai 36 ans, et je sais que les jeunes poussent derrière moi. Ils ont quinze ans de moins que moi et cela devient de plus en plus difficile. C’est la vie. Je pars ce soir pour un stage en Espagne avec mon équipe, et mon but d’essayer de garder ce maillot tricolore. Ici, j’ai pris du plaisir, et je veux continuer à en prendre. »

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC Patrick Pichon