Il y a eu comme des airs d’été indien, hier, à Albi, à l’occasion de la première manche de Coupe de France de cyclo-cross de la saison 2015-2016.

 

« De vraies conditions estivales, explique à France Cyclisme, Clément Venturini, lauréat de l’épreuve chez les élite hommes. Et comme tous les autres concurrents, j’ai souffert de la chaleur ».

 

D’autant que le début de course a été rapide, et émaillé d’une chute pour le coureur de l’équipe continentale pro, Cofidis.

 

« Je tombe dans un virage en goudron, indique-t-il. Je repars dans la roue de mes adversaires. J’ai tenté de suite de reprendre les commandes de la course, mais Fabien Doubey imprimait un bon rythme. On effectue un tour ensemble, puis dans une partie physique du parcours, j’ai accéléré et maintenu derrière un rythme soutenu. Mon guidon était descendu à cause de la chute, il a fallu du coup que je change de vélo. J’ai attendu d’avoir un bon écart avec mes poursuivants pour le faire ».

 

Parcours technique, avec de nombreux devers et racines, Albi,  « demandait une constante vigilance, car à tout moment une chute pouvait survenir et nous pénaliser », poursuit Clément Venturini, Le circuit de Midi-Pyrénées était avant tout « un parcours sympa, sans trop de dénivelé mais avec de nombreuses buttes qui le rendait physique au final. C’était un mélange de technique et de physique qui a donné une très belle manche de Coupe de France de cyclo-cross. Le nombre de participants inscrits en témoigne une fois encore. »

 

Bien lancé sur le plan national, le coureur de Cofidis va maintenant se plonger vers l’international, et la deuxième manche de Coupe du Monde, programmée ce week-end à Valkenburg. « Je suis heureux de m’être imposé à Albi, cette victoire reflète mon début de saison, poursuit le Lyonnais. Le fait qu’un cyclo-crossman Belge vienne aussi disputer notre Coupe de France, c’est plaisant, car cela remonte également le niveau de nos épreuves. Ma saison est bien lancée. J’ai trouvé les bons automatismes avec Cofidis, le staff, Vincent Villerius, Jacques Decrion et Jean-Luc Jonrond pour les séances de scooter, sans oublier Régis Auclair qui est toujours là pour moi. Je tiens aussi à remercier Yvon Sanquer pour la confiance qu’il m’accorde, Cofidis qui investit dans le cyclo-cross à travers moi. Les victoires que je leur donne sont, à mes yeux, de justes retours par rapport à l’investissement qu’ils font à travers moi. Maintenant place à la 1ère manche de Coupe du Monde. J’espère avoir bien récupéré, car j’ai bien tapé le genou et je suis un peu brûlé, aussi. Mais j’ai hâte de voir où je vais me situer par rapport aux meilleurs élite mondiaux le week-end prochain ».

 

 

Hervé Bombrun