Francis Mourey abordera de nouvelles couleurs aux championnats de France de cyclo-cross 2016, qui se disputeront à Besançon (9 et 10 janvier). Le Franc-Comtois octuple champion de France (NDLR : auquel France Cyclisme consacre un portrait dans son numéro 5), portera en effet les couleurs de la formation Fortunéo-Vital Concept. « J’ai signé pour un an avec cette équipe continentale-pro, précise Francis. Mes ambitions seront en cyclo-cross de gagner le championnat de France et de faire un podium lors des championnats du Monde, à Zolder ». Afin de se préparer à ses deux rendez-vous son programme, passera pas les manches de Coupes du Monde, mais aussi comme ce week-end par la Coupe de France, dont l’ouverture se jouera ce dimanche du côté d’Albi. « Je vais disputer toutes les manches de Coupes de France comme chaque année et la plupart des manches de Coupes du Monde, y compris celle de Zolder, le 26 décembre, ajoute l’actuel sociétaire de la FDJ. La seule que je ne ferai pas est Coxyde. Emmanuel Hubert, le manager de Fortunéo-Vital Concept m’a donné carte blanche pour le cyclo-cross, mais il a m’a dit aussi qu’il comptait sur moi pour la saison route. Moi, aussi, je veux faire une belle année sur la route. Je veux être compétitif de suite, dès le mois de mars. Je sais ce que je peux apporter à ma nouvelle équipe dans ce domaine aussi, mon but est de porter haut les couleurs de Fortunéo-Vital Concept ». Un changement, forcément, pour Mourey après douze saisons passées au sein de la FDJ, équipe qu’il quittera le 31 décembre prochain. « La FDJ a décidé de tourner la page cyclo-cross en ne reconduisant pas mon contrat. Je respecte le choix de Marc Madiot et de son staff. Je ne leur en veux pas. C’est la vie J’ai passé douze très belles années à la FDJ, et je leur dois beaucoup. Maintenant, je suis motivé pour 2016 et très fier de porter les couleurs de Fortunéo-Vital Concept l’année prochaine. Je vais en plus retrouver des coureurs que j’ai côtoyé à la FDJ, comme Pierrick Fédrigo, Yuenhi Hutarovich et Arnaud Gérard. » Un pays de connaissance donc pour le Franc-Comtois qui sait que « Manu Hubert (lui) a fait confiance. Et moi, en contre-partie dit-il, je ne veux pas le décevoir. Un nouveau challenge, de nouvelles perspectives s’ouvrent à moi, et depuis ma signature au sein de cette équipe, je suis motivé comme un néo-pro ».