Quelneuc-juniors-Turgis-1

Tanguy Turgis
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

Tanguy Turgisa déjà de la maturité, et du métier.

 

Le discours est carré, et son action sur le vélo tout autant.

 

Le dernier de la lignée de l’US Métro a remporté ce matin la deuxième manche de Coupe de France juniors de cyclo-cross, sur le magnifique et à la fois difficile parcours de Quelneuc. Sans jamais s’affoler, tout en contrôle, comme il l’a expliqué avec une finesse d’analyse rare pour un coureur de son âge.

 

« Je suis parti en 3e ligne du fait que je n’avais pas disputé la 1ère manche à Albi, et jamais je ne me suis affolé. Je remonte les concurrents sur la route, mais je crève çà l’issue du 1er passage. J’étais revenu aux alentours de la 5e place, et j’ai du remonter les concurrents une nouvelle fois. Mais je ne me suis pas affolé, je savais que la route permettait de refaire son retour ici. »

 

 

 

Bien joué. Revenu aux avant-postes, Tanguy Turgis a pesé sur la course. Il est passé à l’attaque, a accompagné Mickaël Crispin, puis est revenu sur Thomas Bonnet, qui a levé les bras un tour trop tôt !

 

« Si Thomas n’avait pas fait cela, je ne sais pas si j’aurai pu rentrer sur lui aussi rapidement, lançait encore avec lucidité Tanguy. Je savais vraiment que la route ici était déterminante c’est ce qu’avait dit Jimmy, mon frère, il en avait fait les frais face à Emilien Viennet. Je sens en plus que ma saison route m’a fait le plus grand bien, justement, j’ai pris beaucoup de force. Je pouvais mettre du braquet, ici relancer en force, rouler assis avec aisance. »

 

Lucide, il ajoutait « Nous avons des Wattbikes au CREPS, et je ne suis pas le plus fort sur ces machines, mais j’aime à courir au maximum avec ma tête. » Ce qu’il a démontré avec brio dans le Morbihan. « A un moment donné en agissant de la sorte je me dis que courir ainsi va m’aider, il faut faire l’effort à bon escient, courir et jouer de manière tactique et me servir des watts qui sont les miennes au bout moment !  Là, en plus, la coupure que j’ai observé après la saison route m’a fait du bien, j’ai de la fraîcheur. On peut enchaîner les saisons, ce qu’il faut c’est garder cet aspect de fraîcheur et mental aussi, couper quand on le sent. C’est évident qu’un jour j’aimerai courir aussi avec mes frères (NDRL : Jimmy porte les couleurs de Roubaix-Lille Métropole, et Anthony celle de Cofidis chez les pros). C’est un rêve. J’ai de bons résultats chez les juniors, mais je sais que je ne pourrai pas les avoir sans mon entraîneur, mes parents, mes frères, sans eux je ne serai pas là. C’est souvent en fait de petits détails qui font les grandes choses. »

 

Le tout exprimé sans faille, avec l’aplomb d’un grand… alors qu’il entre tout juste dans sa saison de junior deuxième année  !

 

 

Quelneuc-juniors-podium

PODIUM
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

Hervé Bombrun