Eddy Finé, Antoine Benoist, Erwann Kerraud, le podium Espoirs à Pierric, deuxième manche de la Coupe de France de cyclo-cross.
Photo Patrick Pichon-FFC

Déçu après le Championnat d’Europe Espoirs de cyclo-cross, Eddy Finé l’un des hommes  forts du début de saison Espoirs en France, vainqueur de la 1ère manche de Coupe de France à Razes, 2e à Bern en Coupe du Monde, 2edu Koppenberg, a su « se » remettre à l’endroit à Pierric, en prenant la deuxième place derrière Antoine Benoist. « Quel beau match encore ici. Antoine a pris l’avantage ici, moi j’avais gagné la première manche. La belle se jouera entre nous lors de la finale de la Coupe de France 2018, le 30 décembre prochain à Flamanville. Ce qui est bien c’est que ce duel que nous menons nous tire l’un et l’autre, mais aussi les autres français vers le haut. Il y a de belles bagarres entre nous, et c’est sympa. » 2e, le sociétaire du VC Villefranche-en-Beaujolais n’était pas déçu. « Antoine était fort aujourd’hui, et il convient de le noter. Je n’ai pas à rougir de cette deuxième place, j’ai commis des fautes techniquement. Je m’attendais qu’il soit fort, car dans la boue il est très technique. Les Championnats d’Europe cela a été un peu dur, je suis passé à côté. Cela a été une déception, et il fallait passer à autre chose, et c’est fait en retrouvant ce podium en Coupe de France, et me permet de passer à la suite ».

Un podium qu’a également investi le sociétaire du Team Peltrax en Ile-de-France, Erwann Kerraud. « On m’aurait dit la veille de la course que j’allais faire un podium, ici à Pierric, j’aurai signé de suite. Je sais que sur le départ Eddy Finé, Antoine Benoist et Mickaël Crispin sont les meilleurs mondiaux sur les toutes premières minutes de course. Ils comptent parmi les meilleurs mondiaux, et rivaliser avec eux c’est difficile. Il convient de les laisser partir, et ne pas se mettre dans le rouge. J’ai déraillé pour ma part au début, et c’est ce qui, je pense, m’a aidé à faire un tel finish face à Mickaël Crispin. J’ai en plus effectué zéro faute technique, ce qui m’a permis de réaliser une telle course ».

 

 

Hervé Bombrun