Francis Mourey a survolé les débats en Pays-de-la-Loire et conforté son maillot de leader de la Coupe de France Élite hommes à Pierric, un bon mois avant la finale de Flamanville, le 30 décembre 2018.

 

Francis Mourey
Photo FFC-Patrick Pichon

 

France Cyclisme : Que représente ce succès, Francis ?

Francis Mourey : « La forme est là, les sensations sont bonnes. Je suis très heureux d’avoir gagné une manche de Coupe de France de cyclo-cross élite hommes de plus. Il m’en reste plus qu’une à disputer, la finale à Flamanville, et après ce sera terminé pour cette compétition. J’espère que cela se passera bien pour moi le 30 décembre dans la Manche, mais pour le moment je veux avant tout savourer. Je suis très heureux d’avoir retrouvé un bon niveau, et aujourd’hui je me suis fait plaisir sur un type de parcours que j’aime bien ».

 

FC : Comment s’est déroulée la course ?

FM : « LA course s’est bien passée, surtout quand on gagne. Comme je l’ai signalé ma forme du moment est bonne, et j’espère que je vais encore pouvoir améliorer celle-ci d’un cran en vue des Championnats de France 2019, à Besançon chez moi. Aujourd’hui en plus les organisateurs nous ont proposés un superbe parcours, sur un super site. C’est que du bonheur.

 

FC : La semaine dernière tu as fait l’impasse sur les Europe parce que tu prépares ta reconversion ?

FM : Oui j’ai débuté ma première semaine de formation pour décrocher un DEJEPS du cyclisme traditionnel. Quand je suis en formation comme cela, je ne peux pas faire de vélo, donc cela ne servait à rien que j’aille aux Championnats d’Europe aux Pays-Bas. J’ai d’ailleurs adapté mon programme en fonction de cette formation, car je suis plus tourné vers l’avenir. Mes gros objectifs cette année sont les Championnats de France et les Championnats du Monde. Je recommencerai à courir les manches de Coupe du Monde à partir de celle de Namur en Belgique. Mais même si j’aborde ma dernière saison, je veux tout mettre en œuvre pour la réussir.

 

FC : Il y aura une pointe de nostalgie à Flamanville et Besançon ?

FM : « Oui, certainement. Je serai un peu nostalgique, après quand on sait que c’est la fin, que l’on est bien préparé dans la tête, cela passe mieux. Mais je pense néanmoins que j’aurais un pincement au cœur au départ de ces deux épreuves.  Je sais qu’ici j’ai gagné ma trente-quatrième victoire en Coupe de France ici, Flamanville cela pourrait-être la trente-cinquième. Et mon douzième classement général de Coupe de France ».

 

FC : Et dix titres de Champion de France élite à Besançon, si cela marche bien ?

FM : « Oui, le dixième en élite, et douze en tout. Je suis déjà le seul détenteur du record de titres de Champion de France obtenu. Il faudra donc attendre au moins dix ans après que j’aurai raccroché, s’il gagne les dix prochaines années le titre national élite hommes de cyclo-cross ».

 

 

Hervé Bombrun