Cyclo-cross – Championnats du Monde – Valkenburg – Élite femmes – Marlène Petit 

Cyclo-cross – Championnats du Monde – Valkenburg – Élite femmes – Marlène Petit

9e des Championnats du Monde élite femmes 2018 à Valkenburg, Marlène Petit a réalisé une très belle performance, elle qui est cycliste à 60% l’hiver, le reste de son emploi du temps étant consacré à son activité professionnelle qu’elle pratique dans un centre de rééducation du côté de Hauteville-Lompnes, dans l’Ain.

 

Elle travaille pour 40% de son salaire durant les trois mois d’hiver, ceux qui courent sur la saison de cyclo-cross, en fait. Une apparition dans le gratin du cyclo-cross mondial qui vient récompenser les sacrifices de cette sportive… qui a pratiqué cet été des triathlons ironman.

« Cette 9e place me procure de grandes satisfactions, j’ai signé une place de 13e cette année en Coupe du Monde, 9e ici et j’ai réussi les Championnats de France. Maintenant j’aimerais trouver une structure qui m’aide au moins sur le plan matériel pour continuer à avancer. Je sens aussi que je continuer à progresser année après année sur le plan sportif, et je souhaite vraiment continuer de la sorte ».

 

Athlète attachante, Marlène Petit qui est une « amateur » pure jus donc, avait fait ses propres pronostics sur sa production en terre néerlandaise. « Un top 20 j’avais dit serait bien, un Top j’aurais été contente, un top cela extra. » Elle a tapé dans la dernière cible, et le sourire qui accompagnait cette phrase illuminait la zone mixte. « Je pense que l’été prochain je vais faire un peu de VTT pour gagner encore en technique, et quelques épreuves sur route en régionale avec les hommes pour prendre plus de puissance, afin de pouvoir aborder un peu mieux les coupes du monde de cyclo-cross qui demandent de telles caractéristiques. Une nouvelle progression passe par là », car Marlène Petit sitôt le mondial terminé était déjà tournée vers l’avenir…

 

Hervé Bombrun

crédit photo FFC – Patrick Pichon