Piégeux, et glacé par endroits, le parcours des Championnats du Monde de cyclo-cross 2017, à Bellevaux, au Luxembourg, tracé dans une zone commerciale avec pour toile de fond le musée d’une grande société de sidérurgie, n’a pas encore offert le couronnement que l’équipe de France est en droit d’attendre après une bonne et prometteuse saison hivernale.

 

Quatrième la semaine passée, en Espoirs, à Hooghereide, Hélène Clauzel se classe ici, 12e. « J’ai pris un mauvais départ ce qui ne pardonne pas, et en plus dans une petite bosse une concurrente est tombée devant Évita Music et moi, et cela a fait de suite une cassure. Les dés étaient jetés, j’ai ensuite fait ma course pour remonter. J’ai tout donné, mais je suis frustrée compte tenu du fait que la semaine dernière sur la manche de Coupe du Monde à Hooghereide, je me classais 4e en Espoirs (NDLR : 12e avec les élite, alors que sur le championnat du Monde les dames Espoirs et élite ne courent pas ensemble). C’est comme cela, c’était la dernière course de la saison en cyclo-cross, et j’ai tout donné. »

 

Même analyse livrée de la part de Evita Music, 15e. « Ma course s’est relativement bien passée, du fait que je ne suis pas tombée, mais je n’ai jamais pu remonter, et pourtant je suis partie en 1ère ligne, mais je n’ai pas eu le choix du côté duquel je pouvais m’élancer, et dès le départ cela s’est refermé devant moi, et je me suis faite enfermer. Et après les filles sont tombées dans la côte, et on s’est retrouvé derrière, et j’ai fait par la suite toute la course sur le même rythme ». Jade Wiel elle se classe 18e, Maina Galand est 22e, ce qui laisse espérer de belles choses de leur part à l’avenir compte tenu du fait qu’elles ne sont encore juniors.

 

Hervé Bombrun