John Gadret conserve ses habitudes hivernales. Double champion de France de cyclo-cross, le Champenois, qui évolue depuis cette année au sein de la puissante Movistar, va disputer une dizaine de cross cette saison. Il était d’ailleurs de la première manche de Coupe de France « La France Cycliste », à Besançon, et réapparaîtra lors de cette compétition, à l’occasion de la finale à Lanarvilly, le 14 décembre 2014.

« Mon objectif cet hiver, fait remarquer le coéquipier de Nairo Quintana, à ffc.fr, c’est d’être bien aux championnats de France », épreuve qui se déroulera sur les terres de Jean-Yves Plaisance, les 10 et 11 janvier 2015, à Pontchâteau. Le célèbre circuit de Coët-Roëz étant un lieu de rassemblement connu et apprécié des cross-men, et Gadret qui a effectué de multiples stages « Équipe de France », en ce lieu n’y coupe pas. « Je n’ai pas vraiment d’objectifs précis avant les France, si ce n’est d’esssayer de faire au mieux. Le cross de toute manière, c’est ma vie, ma passion, et j’en ai besoin, en plus l’équipe me laisse faire. »

Questions ambitions pour les France maintenant, l’ancien vainqueur d’étape sur le Tour d’Italie, ne se berce pas trop d’illusions -même si une course n’est jamais courue d’avance- et annonce très vite la couleur. « J’aimerais bien faire un podium, car pour ce qui est de la victoire, Francis (NDLR: Mourey) est hors « quota » pour moi. Il est au-dessus du lot. Je pense que pour le podium on est plusieurs à essayer de le viser: Clément Venturini, Fabien Canal, moi. Une chose est certaine: je ne vais pas jouer ma carrière lors des championnats de France. »

Autrement dit, John Gadret n’aura rien à perdre en Loire-Atlantique, ce qui en fait un « homme dangereux », même si par ses déclarations il tente de se détacher de toute forme de pression, car par rapport à ses concurrents.En effet, ce n’est pas dans les sous-bois que Movistar l’attend, mais sur la route bien évidemment. « Je ne connais pas encore mon programme route pour 2015, poursuit-il, mais on a commencé à évoquer quelques pistes. J’ai cru comprendre que l’idée c’était plus de faire le Giro que le Tour de France, mais ce n’est pas encore défini à 100%. Moi, cela ne me déplait pas. Je pourrais être leader en Italie avec Anton, c’est bien de pouvoir partarger ainsi le leadership au sein de l’équipe. Après je peux aussi doubler Tour d’Italie et Tour de France. Je devais faire ce programme en 2014, et finalement je n’ai couru que le Tour (NDLR: 19ème au classement général). On a un stage de quatre jours avec Moivistar prochainement, on va sans doute en parler, mais les Espagnols ne se prennent pas la tête, tu sais, je les ai eus en fin de saison par texto, et la seule chose qu’ils m’ont dit c’est « bonnes vacances, pense à bien récupérer… ». Et pour lui cela passe, les congés cela passe aussi par quelques incursions dans les sous-bois… »

Hervé Bombrun