nicolas-guillemikn4_1Il y a forcément de la frustration pour ceux qui n’y sont pas, l’envie de se voir ailleurs qu’à cette place, ce podium que l’on lorgne depuis si longtemps, et qui ne vient pas. Mais que reprocher aux juniors tricolores sur ce Championnat d’Europe ? Un peu plus de clairvoyance, moins « d’enflammade », mais tous ces critères sont là pour définir de jeunes coureurs qui ont encore beaucoup à apprendre, pour ne pas dire quasiment tout ! Oui la France a été un bloc pendant toute la durée de ces championnats d’Europe, oui elle ne repart « qu’avec » une médaille d’argent de Nicolas Guillemin qui est une belle récompense, et on ne va pas la bouder et en plus derrière le breton émerge une forme de densité. Il y a de la qualité chez les 17-18 ans en France, et ces coureurs années années après années jouent toujours les premiers rôles tant sur le plan continental que mondial, c’est dire que la formation chez nous est bonne. Après il faut faire quelques réglages et travailler, affiner encore le collectif. Mais cela va venir. On n’est qu’apprenti lorsqu’on est juniors, les chapitres à réviser, apprendre sont encore nombreux. C’est toute la richesse de la formation. « On avait le moyen de faire deux médailles sur ce Championnat d’Europe, déclare François Trarieux, mais Nicolas s’est sans doute un peu enflammé avec le Belge dans le final, il a sans doute été porté par le public, et son envie de gagner, ce qu’il a du penser faire. C’est dommage car on pouvait faire deux médailles car on place nos coureurs à la 2e, 4e, 5e, 6e, 8e et 10e places » Wouah !

 

Mais face à ce bloc un seul homme a été le plus fort, le Britannique Thomas Pidcock qui se présente comme un grimpeur, et ne ment pas sur ses qualités de routier. « Je l’ai vu à la Philippe Gilbert juniors, rapporte encore François Trarieux, et il a fait péter de sa roue Alexys Brunel ». Ah oui, quand même ! Le Britannique a donc offert un récital à Pont-Château. « Les consignes étaient de faire un gros début de course, afin de l’isoler. Ce qu’ils ont fait, Antoine Benoist, Antoine Raugel et Maxime Bonsergent. Quand Pidcock attaque, Maxime Bonsergent le suit et était dans sa roue, mais le Britannique l’en a sorti sur des attaques. » C’est la preuve que les tricolores ont été dans le « match ». Peut-être aurait-il fallu que Nicolas Guillemin laisse davantage le Belge Timo Keilich rouler derrière le Britannique, et ainsi favoriser le retour de ses coéquipiers. Mais on ne peut refaire une course une fois qu’elle est jouée, et le sociétaire de Loudéac est allé chercher une médaille d’argent, en « pensant avant tout à la gagne, c’est la raison pour laquelle je suis sorti. Pont-Château est un circuit que me plait puisqu’ici j’ai été sacré Champion de France cadets voici deux ans, et maintenant je m’empare de cette médaille d’argent aux Europe. Le sentiment est encore plus fort car cette médaille est de niveau continental. Je voulais gagner, il fallait tenter ».

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon + de photos

RÉSULTATS COMPLETS

 
 
podium1_1_1