antoine-benoist_1


Antoine Benoist

 

« J’ai fait le départ, multiplié les efforts et c’était voulu. On avait dit que l’on optait pour cette tactique, après on a dit que l’on faisait la course d’équipe, et on l’a fait. On aurait pu faire deux et trois, mais c’est un Championnat. Je me sentais bien, j’ai eu un tour moins bien et c’est à ce moment-là que le trou s’est creusé, ensuite l’écart est resté à l’identique. Mais c’est comme cela, Pidcock le mérite. Je pense que Nicolas (NDLR : Guillemin) n’aurait pu dû attaquer, il aurait dû laisser le Belge faire toute la course, assurer la chasse seul. Et nous on aurait pu aller chercher une médaille supplémentaire, mais bon c’est ainsi ».

 

 

 

 

 

antoine-raugel3_1Antoine Raugel

 

« J’étais derrière Pidcock quand il attaque, j’ai essayé d’aller le chercher. Je suis resté longtemps dans sa roue, et puis après, on était nombreux les français devant. Et c’était à nous de rouler, tout en gardant des forces. Mais quand le Britannique est parti, moi pour ma part j’avais fait les trois premiers tours, et quand il attaque je suis 2e et je ne pouvais pas aller le chercher. On a essayé ensuite de s’organiser, c’était dur et on ne pouvait pas trop récupérer. Après on s’est retrouvé Antoine Benoist, Nicolas Guillemin et le Belge Timo Kielich. On a roulé pour essayer de reprendre le Britannique. Le Belge nous a attaqué, je suis allé le chercher et ensuite Nicolas Guillemin nous a contre-attaqués.

Je n’ai pas cherché à revenir sur eux. Je pensais qu’il allait attaquer de nouveau et faire péter le Belge, et nous aller faire 3, mais il a continué avec le Belge, c’est dommage car on aurait peut-être pu faire deux médailles. Mais ce n’est pas grave. Je suis pour ma part hyper content. Je fais 5e, mon objectif était un top 10. C’est trop bien. Je suis content ».

 

 

Hervé Bombrun

crédit photo FFC – Patrick PICHON