chpt-france-cyclo-cross-podium-cadets
© FFC -Photo Patrick Pichon

 

Le regard dans le vide Maxime Bonsergent ne jette pas un coup d’œil, même furtif, sur Nicolas Guillemin assis à sa gauche. Jérémy Montauban comme dans un effet miroir en fait de même.

 

Les deux « meilleurs » protagonistes de l’hiver en cyclo-cross chez les cadets se sont en effet fait souffler le maillot de champion de France par un « invité » de toute dernière minute, Nicolas Guillemin qui a fait la différence lors du dernier tour pour aller chercher le tout premier maillot de champion de France décerné par la Fédération Française de Cyclisme, celui de cadets en cyclo-cross.

 

Le jeune Breton, licencié au VC Loudéac, a fait sensation, et ceci d’autant plus que cette victoire est la plus significative de son hiver.

« Je ne suis ni champion de Bretagne, ni champion des Côtes d’Armor », récite-t-il avec un bel aplomb.

« Je n’avais pas la pression »

 

« Je ne pensais pas remporter ce titre, ajoute-t-il, faire un top 5, voire un top 10, mais gagner, non ! Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas trouvé la course dure aujourd’hui. J’avais les jambes. Je savais aussi que je devais attaquer dans le final, sinon au sprint c’était impossible pour moi de m’imposer. »

 

Belle analyse pour ce jeune coureur, élève de 2nde qui succède au palmarès des championnats de France, à un autre coureur Breton, Mickaël Crispin.

 

« J’ai pris en fait cette course comme une autre », insistait-il. Et c’est sans doute cet état d’esprit qui lui a permis de faire la différence.

 

« Je savais que beaucoup de cadets n’avait pas réussi à faire le doublé Coupe de France et championnat de France au cours du même hiver, résumait pour sa part, Maxime Bonsergent. Mais Nicolas avait de bonnes jambes aujourd’hui et il était difficile de le tenir. » Alors que l’on s’attendait plus à un match entre lui et Montauban, c’est finalement un troisième concurrent qui n’avait pas la « grosse côte » au départ qui s’est imposé.

 

« Il m’a manqué les jambes, déclarait d’ailleurs le représentant du comité Rhône-Alpes. J’ai eu un gros coup de moins bien à la mi-course, après cela allait mieux sur la fin mais c’était trop tard. Cela m’a lâché dans la tête à la mi-course. Je le répète je n’avais pas les jambes que j’ai d’habitude… »

 

Hervé Bombrun