Francis Mourey disputait son 22e Championnat de France de cyclo-cross à Besançon, il se classe 3e. Bravo champion.
Photo: FFC-Patrick Pichon

Francis Mourey a conclu sa 22e participation à un championnat de France de cyclo-cross par une belle médaille de bronze. Il reste maintenant au plus titré des coureurs Français entre trois et quatre courses internationales avant de prendre sa retraite.

 

 

France Cyclisme: Francis quel bilan tires-tu de ton 22e Championnat de France ?

Francis Mourey: « J’aurai préféré gagner, mais les deux coureurs qui m’ont précédé étaient tout simplement plus forts que moi. J’ai senti dès le départ que je n’avais pas de superbes sensations. J’avais les jambes lourdes. J’ai eu besoin à un moment donné de souffler même avant d’aller chercher la troisième place. J’ai disputé aujourd’hui mon 22e championnat de France, et je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu, ceux qui ont toujours été là pour moi, mes supporters, mes proches. Je n’ai pas de nostalgie car c’est moi qui ai pris la décision d’arrêter ma carrière en fin de saison. J’ai 38 ans, et il est temps de tourner la page. J’ai pris le départ de ce Championnat de France comme j’ai pris le départ de toutes les épreuves auxquelles j’ai participé depuis le début de saison ».

 

 

FC: Cette semaine tu étais en stage afin de préparer ton DEJEPS, est-ce que cela t’a gêné dans ta préparation pré-Championnat de France ?

FM: « Pas du tout. je tiens d ‘ailleurs à remercier Yves Paret et Gérard Pégon qui s’occupent de l’Institut de Formation de la FFC, car ils m’ont allégé mon programme par aux autres stagiaires afin que je puisse aller m’entraîner, et préparer correctement ces France ici, chez moi, à Besançon. Le souci c’est que mon  fils a été malade le vendredi avant ma course, et que cette nuit-là je n’ai pas dormi. C’est comme cela c’est une histoire de vie tout simplement, et cela n’efface en rien le fait que les deux coureurs qui m’ont précédé étaient plus forts que moi. On a remarqué d’ailleurs que les coureurs qui ont couru sur la route cette année, notamment les pros étaient plus forts que moi. Les stages d’avant saison qu’ils ont effectué avec leurs équipes pros les ont bien aidés, je pense à Clément Venturini, Fabien Doubey et Clément Russo. »

 

FC: Que vas-tu faire après ta carrière, Francis ?

FM:  « On remarque qu’en France, les jeunes crossmen performant au niveau international, mais qu’une fois arrivés en élite, ils ont du mal exister notamment face aux Belges qui évoluent au sein de structures dédiées au cross. J’ai envie de m’investir afin de créer en France une telle structure afin que nos coureurs élite continuent à courir en cyclo-cross, tout en vivant de leur sport. Je sais que ce sera difficile, mais j’ai envie de rendre au cyclo-cross tout ce qu’il m’a apporté durant ma carrière. Je veux que les jeunes coureurs français puissent se projeter vers un avenir quand une fois qu’ils auront quitté les rangs Espoirs. »

Hervé Bombrun