RUSSO10

 

Membre du Pôle Espoirs de Saint-Étienne, dirigé par Dominique Garde, Clément Russo est venu à Pont-Château dans l’idée « de gagner, mais très vite je me suis rendu compte, déclarait-il, que Fabien Doubey était au-dessus de nous. Il a fait très rapidement la différence, et derrière lui, par la suite, un groupe assez conséquent s’est formé, avec sept ou huit concurrents dont moi. J’ai donc joué la deuxième place dans le final avec Vitcor Koretzzky, et cette médaille d’argent me tenait à cœur.

 

J’ai tout donné pour aller la chercher. Je savais qu’au sprint j’avais des chances d’obtenir cette place que je recherchais. On se dit toujours que l’on vient pour le titre aux championnats de France, mais aujourd’hui il n’était pas accessible pour moi. J’espère que ce sera le cas l’an prochain. Fabien était cette année un cran au-dessus. »

En 2016, Clément Russo sera donc de nouveau un candidat sérieux au titre de champion de France Espoirs de cyclo-cross… tout comme Victor Koretzky (Languedoc-Roussillon), médaillé de bronze en Loire-Atlantique, et qui estimait revenir de loin avec une telle performance obtenue. « Moi à la différence des deux coureurs qui me précèdent, ma saison de cyclo-cross s’arrête ici, indiquait le pilote du Team BH Suntour KMC. Je ne vais pas aller au mondial, je n’ai pas fait de manches de Coupe du Monde cette année, et de fait je partirai loin sur la grille de départ. Cela ne sert à rien. Je préfère que ce soit un « jeune » qui a disputé toutes ces épreuves et donc qui est bien placé sur la grille de départ pour le mondial en République Tchèque.

Maintenant en ce qui concerne la course d’aujourd’hui, je dois dire que je reviens de loin. J’ai été malade cette semaine, passé deux nuits exécrables. Je ne savais pas même si j’allais venir ici à un moment donné, alors la médaille ! Hier, à l’entraînement je n’avais aucune sensation. Mais d’un autre côté, je suis maintenant déçu après course de ne pas avoir fait deuxième, mais néanmoins au sprint je savais que je n’avais aucune chance face à la puissance de Clément… »

Hervé Bombrun