La Cyclo Corse co-organisée par Pierre-Jean ORSINI, vélociste renommé et Président du Sprint Racing Club Bastiais, et par Ludovic VALENTIN en tant que première manche du Challenge Cyclotour Rotor, s’est déroulée durant ce week end de Pâques, sur les routes magiques de l’Ile de beauté.

 

Certains se sont alignés sur les deux journées d’épreuves proposées le samedi et le dimanche, tous se sont retrouvés sur l’épreuve majeure du dimanche 16 avril. Deux parcours proposés, un de 120 kilomètres, un autre de 140 kilomètres (auxquels il faudra rajouter quelques 9 kilomètres pour rallier le site de départ), mais ces deux parcours proposaient de faire le tour (ou presque) du Cap Corse.

La seule déception du jour  était de constater que nous n’étions qu’à peine 200 cyclistes sur la ligne de départ. Cette épreuve aux paysages magnifiques et à l’organisation (comme toujours avec Ludovic Valentin) familiale mais quasi-parfaite méritait mieux. Certes la distance qui sépare Bastia du Continent peut effrayer, mais organiser un petit séjour de tourisme à cette période, bien plus calme en Corse, et s’aligner sur ces épreuves semblent une belle idée.

 

 

 

Sur le plan du parcours, après un départ depuis la grandiose place de Saint Nicolas de Bastia, un départ neutralisé nous conduisait au pied du premier col. Départ à 9h00 pour le parcours de 120 kilomètres et pour la randonnée, car il y a aussi la possibilité de profiter de l’organisation sans chronomètre, mieux pour les arrêts photos, et départ à 9h30 pour le grand parcours. Le premier col faisait déjà une belle sélection et la descente qui suivait continuait d’augmenter les écarts. Ensuite on entrait dans la plus belle partie du parcours, la côté occidentale du Cap Corse. Près de 40 kilomètres où, au détour de chaque virage, on découvre alors une côté accidentée sur laquelle la mer prend ses plus belles couleurs de bleu. La terre avec ses roches tantôt roses, tantôt blanches, tantôt vertes augmente encore la beauté du site. Et tout ça sans circulation automobile… ou si peu…

 

 

 

 

 

Puis vient la séparation des deux parcours. De mon côté j’ai opté pour l’ascension du col de Sainte Lucie, une montée sur un revêtement idéal, en pente assez douce, qui permet de relier la côte orientale du Cap. Le retour est plus vallonnée ce qui a tendance à user un peu les organismes avant la dernière montée vers Santa Maria Lota. C’est dans cette montée que les Cadors s’expliquent. Cédric PALLUELO remporte le petit parcours, et David POLVERONI le grand. Ce dernier continue ainsi d’accumuler les victoires, malgré la plaque et les vis toujours fichées dans son humérus, je parle en connaissance de cause.

 

 

 

 

Côté Patrouille Green Cycling Eco Cyclo, il serait trop long d’énumérer les premières et deuxièmes places « trustées » par le Team. Résumons-nous aux vainqueurs de leurs catégories en mentionnant Pauline RICORD, Stéphanie KOENIG et Jean-Luc CHAVANON.

Sur le parcours, je n’ai vu qu’un déchet « diététique », en plus il était au milieu de la route à 2 kilomètres de la ligne d’arrivée ! Quelle utilité ! Ceux qui veulent jouer les champions pourraient s’inspirer des « pros » qui ont vidé leurs poches bien avant les derniers kilomètres. Ceci était l’exception qui confirmait que les épreuves organisées par Ludovic VALENTIN sont très respectueuses de l’environnement.

 

 

 

 

Au cours de la remise des prix, nous avons ainsi pu mettre en valeur cet aspect de la cyclo Corse en remettant le label officiel édité par l’équipe de Green Cycling : « Organisation Reconnue » à Pierre-Jean ORSINI. Label qui fait suite au travail « d’audit » effectué en 2016 sur cette même épreuve par les membres de la Patrouille présents. Un label bien mérité, l’édition 2017 pour preuve.

Commencer par un séjour cycliste à Sagone et finir sur les routes du Cap Corse, certes avec une météo au « beau fixe », est une expérience qui sera sans doute renouvelée très vite…

 

 

 

 

Vincent Hurstel

Patrick François

Photos: I. L; FFC

Rights reserved