Gants et jambières remisés au placard, c’est habillé (enfin) léger qu’on attendait le signal du départ à Viré à l’heure de s’élancer à l’assaut des coteaux du Mâconnais.

 

L’organisateur, Sport communication  avec le soutien de Véloce la structure d’Alain Pradier , proposait 2 boucles, le format Grandfondo 150 km pour 2500m de dénivelé, un avant goût des « montagnardes » , et forcément une bonne préparation pour celles-ci, et le format médiofondo avec une boucle de 102km pour 1800m de d+.

Des conditions très favorables donc pour les quelque 460 participants présents à cette épreuve inscrite au Trophée Label d’or et au Trophée de Bourgogne.

 

BOUR1

 

Sur le 150km, après les escarmouches du début de course, l’arrivée de la première réelle difficulté, lire le col des chèvres, propulsait une vingtaine d’hommes à l’avant.

Sans présenter de gros pourcentages, la succession des difficultés finit de morceler les groupes à l’avant comme à l’arrière. L’occasion pour certains d’admirer les paysages et de se prendre, c’est la coutume, en selfie, avec la roche de Solutré en arrière plan (un green s’y retrouvera) …

 

BOUR14

 

Les amateurs de mécaniques anciennes, n’étaient pas non plus en reste, puisque le grand parcours croisait le cortège des Hotchkiss, 60 équipages pas moins, réunis pour le rallye national du club (en quelque sorte la voie Aurélia des voitures). Pour la petite histoire, François Mitterrand possédait une « Hothkiss Grégoire », laquelle faisait partie de la procession. Solutré, Mitterrand, Hotchkiss, le monde est petit, mais revenons à celui qui nous intéresse : celui des 2 roues (sans moteur).

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Si certains prenaient donc un peu de temps pour musarder et profiter des paysages qui en valent la peine, d’autres s’activaient pour rejoindre l’arrivée à Vitré… Arrivée que le premier à franchir fut David de Vecchi, le champion de France Masters en titre,  réglant au sprint ses 3 compagnons d’échappée. Jean Luc Chavanon lui emboitait le pas quelques minutes plus tard et terminait 6ème de l’épreuve : les greens pouvaient conserver le sourire qu’ils avaient derrière la bannière, quelques heures plus tôt.  Victoire chez les dames  de l’albertivillarienne Karine Temporelli.

 

BOUR9

 

BOUR7

 

Sur le 102km, la course était plus simple, échappé au bout d’une quinzaine de kilomètres, Guillaume Cara l’emportait en solitaire. Pauline Ricord, pour compléter cette belle journée montait elle aussi sur le podium (3ème) de ce parcours- victoire de Marion Bessone.

 

BOUR12

 

Nouvelle moins réjouissante, une chute dans la descente de Sully, toujours sur le 102 km, obligeait l’hélicoptère à intervenir pour transporter en urgence un coureur périgourdin à l’hôpital de Dijon (traumatisme facial). La signalisation déployée par les organisateurs indiquait certains passages délicats, et le ballet des motos et signaleurs ajoutait à la sécurité. Reste qu’un accident est toujours vite arrivé et que les aléas de notre sport font qu’il reste dangereux. C’est un fait.

 

Le bilan dressé par un green gang toujours attentif au respect des espaces traversés est plutôt positif (merci pour les retours nombreux et rapides). La synthèse, en quelques points : peu de ravitaillements en vol, très peu de voitures suiveuses et de bouteilles données à la volée, des concurrents dans l’ensemble respectueux  et, au final, une route presque propre après le passage de la course, un bilan donc encourageant en ce début de saison.

 

Pour finir sur une autre note positive, en cette journée quasi estivale, l’unanimité (à bas les « presque ») revient aux lasagnes aux épinards, au  petit fromage blanc et au gâteau aux noix proposés par l’organisateur ; quant à la bouteille de Viré Clessé, cuvée spéciale 2013 offerte à chaque participant, nous ne pourrons en parler qu’un peu plus tard ! Et si elle est bonne, nous reviendrons !

 

Photos Contributions:

KNCO

Green Cycling