julien-sastre

Julien Sastre
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

France Cyclisme : Julien Sastre, pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est passé lors du test-event de BMX, à Rio ?

 

Julien Sastre : « La semaine passée au Brésil a été un peu épique. On est arrivé sur site, et la piste d’entrée de jeu était belle, mais les bosses étaient un peu « chargées ». Nous avons fait ce que nous appelons le « track walk » qui est le tour du tracé à pied, ce qui nous permet de « checker » les bosses, de faire des mesures, des repérages précis, et là tout le monde a vu que la configuration de la piste des JO était dangereuse pour les pilotes. Les athlètes se sont alors tous réunis, les teams managers en ont fait de même. Et tous ensembles après, nous avons fait une réunion, mis en commun nos impressions, et il en est ressorti que les personnes qui ont tracé la piste des Jeux sont allés trop loin. Ils ont tenté de nouvelles choses, mais elles étaient trop poussées. »

 

 

F.C : Comme quoi ?

 

J.S : « Il y avait des passages trop raides, les phases d’appel et de réceptions étaient trop hauts, sur une bosse on décollait à plus de quatre mètres ! On a donc fait passer le message à l’UCI, et aux concepteurs de la piste, que c’était trop dangereux en terme de sécurité pour les pilotes, que celle-ci n’était plus assurée pour eux et qu’en cas de chutes cela pouvait avoir des conséquences très graves. On ne peut pas repousser comme cela les limites parce que ce sont les Jeux. »

 

F.C : Et alors, quelles décisions ont été prises ?

 

J.S : « Les concepteurs de la piste ont fait en urgence une rustine sur cette piste qui devait servir pour le test-event des Jeux. La piste pour les Jeux, elle, sera sans doute modifiée de A à Z, et le dimanche avec les teams managers d’équipes et les pilotes, il a été décidé de courir sur la section des dames, de ne pas prendre la section pro des hommes. La piste des hommes avait été modifiée mais elle était trop molle pour rouler dessus. »

 

 

F.C : Mais finalement les courses n’ont pu aller à leur terme ?

 

J.S : « Exact, rien n’a joué en notre faveur au Brésil. Les pilotes ont pu faire quelques essais, le tour chrono, et les runs se sont achevés pour les hommes aux quarts de finale et aux demies chez les dames. Une pluie torrentielle a obligé les organisateurs a écourté les compétitions. Le nouveau revêtement sur la piste en effet venait juste d’être posé et avec cette pluie c’est devenu une vraie patinoire. On ne pouvait même pas marcher dessus avec des baskets, on glissait ! Alors imaginez avec un vélo ! Amidou Mir se classe deuxième, mais c’est anecdotique. Damien Godet est 6e, Quentin Caleyron 13e. Chez les filles, Manon Valentino chute dès le 1er virage, Laëtitia Le Corguillé est 5e, et Axelle Étienne s’accroche avec la championne du Monde, Stéphany Hernandez. »

 

F.C : Donc vous n’avez pas pu prendre vos repères sur cette piste ?

 

J.S : « Non, et c’est dommage. On n’a pu prendre aucune information, on venait pour voir comment allait être la piste, et en fonction quelles stratégies mettre en place ! Les pilotes ont roulé par respect envers les organisateurs, l’Olympisme,  mais ils ne pouvaient pas mettre en péril leur sécurité. C’est dommage que cette piste, qui est construite par les mêmes personnes qui tracent les manches de Coupe du Monde, les Championnats du Monde, ne ressemble pas à ces épreuves-là. Tout ce qui s’est passé ce week-end n’est pas bon pour notre discipline. C’était pareil à Londres pour le test-event. Le BMX ce n’est pas des pilotes à quinze mètres les uns des autres, c’est une course, une vraie, et pas non plus des chutes en pagaille parce que la piste, les sauts sont trop difficiles à maîtriser. Les courses ne doivent pas être décousues, cela nuit à notre sport tout cela. Les teams managers et les pilotes veulent créer un comité d’experts pour valider les pistes. Un rapport sera d’ailleurs adressé à l’UCI, en ce sens. Maintenant on espère que l’UCI, les responsables Brésiliens ouvriront la piste refaite pendant quelques jours pour que l’on puisse rouler dessus, prendre nos repères. La première manche de Coupe du Monde « supercross » de BMX 2016  est programmée en Argentine, on peut imaginer avant d’aller dans ce pays, passer quelques jours avant à Rio afin de pouvoir enfin rouler sur la piste des Jeux. »

 

 

Propos recueillis

Par Hervé Bombrun