Le BMX Street Park donne un tout nouveau parfum au cyclisme. Les riders qui ont intégré la famille FFC sont équipés de jeans, tee-shirt, leur vélo ont des pédales plates, mais ils font partie de la grande famille cycliste. Comme les pistards, ils pratiquent dans un lieu fermé, là c’est dans un gymnase comme lorsqu’il y a une Coupe de France au programme, à l’image de la finale de la Coupe de France 2017, qui sur deux jours durant a pris ses quartiers à Saint -Julien-les-Villas, dans la périphérie de Troyes à deux pas de « malls » à la sauce US, ou sont réunis toutes les boutiques que rêvent de chasser les consommateurs de tout crin.

 

Mais nos riders venus des quatre coins de l’hexagone, parfois même de Belgique ne sont pas là pour faire du shopping. Ils se sont concentrés en ce lieu dans un souci de performance, avec l’envie d’allier vitesse et sauts, figures afin de se réaliser le mieux possible le programme qu’il se sont imposés et aussi d’en mettre plein les yeux au public d’initié. Sans oublier celui des novices afin que ceux-ci adhèrent à leur pratique qui depuis quelques mois est devenue discipline Olympique. Ce qui a changé la donne. Victor, Thomas et de nombreux autres défilent pour les essais dans les catégories jeunes, génération qui peut commencer doucement à rêver à Paris 2024, qui sait… Il y a de l’engagement de la volonté, l’envie de faire le geste parfait, la figure qui a va éblouir les juges. Ce cyclisme-là que l’on peut qualifier de 2.0, interpelle les jeunes, leur parle. Il est jeune, dépoussiéré. Le son est gros, souvent du rap, ou de la musique US qui booste quand il faut s’élancer sur la rampe. Un DJ mixe, et le speaker balance les informations, encourage le rider quand il est dans le park. L’ambiance est bonne, bienveillante. Toujours. Les riders s’encouragent les uns les autres. Ils enchaînent avec réussite ou pour certains il y a encore nécessité de travailler les « back flip », les « superman », ou autre « 540 ». Le speaker chauffeur de salle donne de la voix, toujours. Il est dans l’empathie. « Yes, back flip salto, ça envoie déjà chez les moins de 15 ans. C’est top. Il faut encourage Lucas, plus que cela. Faites du bruit ! Allez. Les riders sont là pour réussir, alors faites du bruit pour les encourager. Utilisez aussi les réseaux sociaux pour diffuser l’information qu’ici au gymnase Fernand Ganne, il y a le WinterRouleà3. On veut que ce que week-end ce soit la fête du BMX Street Park ». Une fête rythmée ou le spectateur dans les gradins en prend plein les yeux, avec une envie de performance, de dépassement, ce dénominateur commun à tous sportifs : aller toujours plus haut… et pourquoi vers le rêve Olympique !

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo – Baptiste Bombrun