L’équipe de France de BMX Free Park est jeune, mais déjà ambitieuse. Managé par Serge Froissart, ce groupe est composé chez les hommes d’un noyau dur déjà bien établi, et ses membres forts sont Anthony Jeanjean, Istvan Calliet et Florian Ferrasse. « J’ai débuté à l’âge de 12 ans, indique Istvan. Il y avait un skate park en face de mon école, et je regardais les riders rouler dessus. Cela m’a donné envie, j’ai essayé et je n’ai jamais arrêté. » Âgé de 25 ans, ce Toulousain demi-finaliste des tout premiers Championnats du Monde de BMX Street Park UCI en chine, à l’automne 2017, Istvan, boulanger de formation qui a stoppé son activité pour s’adonner uniquement à son sport, vise à l’avenir « une finale FISE de Coupes du Monde, réussir de nouveau les Championnats du Monde en 2018… et les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. Notre sport a évolué en quelques mois, on est désormais plus encadrés. Les Jeux c’est le rêve. 2024, je serais peut-être trop vieux, mais qui sait… »

Florian lui aussi a des objectifs hauts, lui qui a fait ses premiers pas dans la discipline il y a huit ans. « J’ai vu les FISE de Montpellier et cela m’a donné envie de faire du BMX Street Park, dit notre Montpelliérain. Notre discipline depuis qu’elle est devenue sport Olympique est beaucoup plus encadrée. C’est plus sérieux, il y a des règles bien définies, les runs sont plus consistants. C’est devenu carré. » Lui aussi vise de belles performances sur les Coupes du Monde FISE des quarts de finale, une finale lors des Championnats du Monde et rêve des Jeux. « Mais cette épreuve c’est le très haut-niveau, mais représenter la nation cela doit-être quelque chose de fort », note ce rider qui souhaite également encadrer les jeunes et leur donner la passion de son sport.

 

 

Hervé Bombrun