WEB-CHUTE-DAUDET1_1Joris Daudet a franchi la ligne d’arrivée, tourné dans l’aire de la zone mixte, envoyé balader son casque par terre, et puis s’est arrêté. Il s’est accroupi sur son vélo, longtemps, des minutes qui ont du lui sembler des heures. Il a vu défiler son rêve Olympique qui venait une fois de plus de lui échapper alors qu’il avait tout fait, son tour chrono en est la preuve en ouverture de ces Jeux. Mais le destin n’était pas avec lui une fois encore.

 

Une fois de plus, alors qu’il a dominé le dernier Championnat du Monde Medellin. Cruelle destin, cruel pour cet athlète hors norme et qui est l’un des champions les plus fins, les plus techniques de son sport.

 

« Cela s’est super bien passé, aujourd’hui j’étais encore l’un des plus rapides, mais malheureusement une chute en deuxième manche est venue ruiner tous mes espoirs. Je me suis fait mal au coude, et je n’ai pas pu finir le 3e tour. Je suis très déçu. J’étais en très grande forme, mais voilà c’est comme cela, c’est le BMX ».

 

Une chute que détaille le champion du Monde. « Il y avait beaucoup de vent aujourd’hui, explique-t-il, et il était dans l’autre sens par rapport à hier, et de face en 2e ligne droite et il tournait un petit peu, donc je me suis pris un coup de vent sur la 2e bosse, et j’ai décidé de ne pas y aller pour le saut du virage afin de ne pas prendre de risque, et malheureusement quelqu’un m’est rentré dedans au moment où je passais l’obstacle (NDLR : le Hollandais Kimmann), et je suis tombé la tête la 1ère dans le virage ». Malgré sa blessure, sa douleur, Joris a tenté quand même dans la 3e manche. « Je n’avais pas l’accord des médecins, mais j’ai essayé quand même pour vous si je ne pouvais pas limiter la casse et me qualifier pour demain. Mais dès le départ j’ai senti que j’allais tomber, et que cela n’irait pas. J’ai décidé de lâcher. Je suis déçu pour les personnes qui m’ont soutenu, pour les quatre années d’investissement à l’entraînement. Mais je rebondirai encore une fois ». Nul doute là dessus.

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon – PLUS DE PHOTOS