Mathilde Doudoux est l’une des « dernières arrivées » au Pôle Olympique de Saint Quentin-en-Yvelines, au sein du groupe BMX dirigée par Mickaël Violain. « J’ai intégré cette structure dans l’idée des Jeux de Rio, mais plus avec l’objectif de ceux de Tokyo en 2020 », dit-elle à France Cyclisme.

Après une saison 2015 difficile en raison « d’une blessure à un genou survenue à l’occasion de la 1ère manche de Coupe du Monde, mais surtout le Bac à passer et décrocher », la demoiselle a quitté le Pôle Espoirs de BMX de Bourges où elle a passé cinq ans, pour passer dans le monde des « plus grands » du côté du Centre National du Cyclisme de Saint Quentin-en-Yvelines. Une progression logique et linéaire. Se destinant à exercer la profession d’architecte d’intérieure, Mathilde Doudoux a trouvé dans les Yvelines. « Un pôle où tout est axé autour des JO, c’est la structure idéale pour performer lorsque l’on est pilote Élite, ajoute-t-elle. La piste est idéale car elle est au format Olympique, avec la rampe de départ au même standard. Tout est parfait. »

 

 

 

Hervé Bombrun