Élite hommes – Joris Daudet

Le pilote Bordelais a remporté devant le public français, venu en nombre dans les Yvelines, la deuxième manche de la Coupe du Monde de BMX Supercross 2018, devant son coéquipier Romain Mahieu et le pilote des Pays-Bas, Niek Kimmann. La saison 2018 sur le plan international est bien lancée pour les pilotes de Julien Sastre.

 

France Cyclisme : Joris, cette victoire, elle fait du bien ?

 

Joris Daudet : « On rêve toujours de vivre des compétitions d’une telle importance à domicile. Après les Championnats de France et d’Europe en 2017, chez moi à Bordeaux, je pensais que cela n’était pas possible de faire mieux : et finalement, il y a eu cette organisation d’une manche de Coupe du Monde Supercross UCI, ici, à Saint Quentin-en-Yvelines, avec un public vraiment extraordinaire, qui nous a soutenu à fond deux jours durant. C’était top ».

 

FC : Cette victoire tu as été la chercher avec les « tripes » …

 

JD : « Oui, oui… même si je me suis senti un peu mieux aujourd’hui qu’hier sur l’ensemble de la journée. J’étais bien en finale. J’ai pris un très bon départ en finale, puis j’ai vu que mes concurrents étaient un peu derrière moi. J’ai donc pu faire ce que j’avais envie. J’ai la possibilité de bien soigner ma ligne. Je savais aussi que Romain était derrière moi. J’ai entendu le public qui le poussait. Je savais qu’il allait être très rapide sur la piste, j’ai donc essayé de fermer toutes les portes, et d’être le plus précis possible afin de tenir jusqu’à l’arrivée. J’y suis parvenu. C’est top, franchement. »

 

 

FC : Paris va accueillir les Jeux en 2024, est-ce que cela te donne envie de prendre part à cette Olympiade avec la ferveur déployée par le public sur l’ensemble de ces deux jours ?

 

JD : « Forcément. Pour moi, cette Coupe du Monde de Saint-Quentin-en-Yvelines, c’est en quelque sorte la toute première grosse compétition internationale que je dispute en France. J’ai bien évidemment couru des manches de Coupes du Monde en France, à Fréjus, mais à l’époque je n’avais pas le niveau qui est le mien désormais. Là, deux jours durant, le public français a été derrière nous. Il nous a poussé. Être présent lors des Jeux de 2024 ce serait exceptionnel, maintenant il faut voir comment cela va se passer pour moi durant les six années qui nous séparent des Jeux de Paris 2024, comment les choses vont se goupiller pour moi durant toutes ces saisons avant cette échéance. »

 

 

Hervé Bombrun 

Crédit photos : Patrick Pichon – FFC

 

Podium – Coupe du Monde Supercross – 2e manche – Élite hommes – Joris Daudet