Manager de la filière BMX au sein de la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Cyclisme, Julien Sastre exprime pour « France Cyclisme » l’immense satisfaction que ses pilotes ont, de disputer une manche de Coupe du Monde de BMX Supercross « à la maison », et de surcroit dans l’enceinte du Centre National du Cyclisme de Saint Quentin-en-Yvelines.

 

France Cyclisme : Julien, coacher l’équipe de France sur une manche de Coupe du Monde Supercross de BMX à la « maison », possède une saveur particulière, non ?

 

Julien Sastre : « C’est en effet un immense plaisir. Cela faisait sept ans que la France n’avait pas accueilli une telle compétition, la dernière en date c’était à Fréjus en 2011. Démarrer en plus la saison de Coupe du Monde Supercross chez nous c’est encore plus appréciable. Nos pilotes ont l’avantage de bien connaître la piste sur laquelle ils vont évoluer pendant deux jours. Ils ont leurs habitudes ici puisque le Centre National est un lieu de regroupement pour des stages pour certains d’entre eux, tandis que pour d’autres ils vivent ici à l’année puisqu’ils appartiennent au Pôle Olympique de BMX de la FFC ».

 

FC : Quels seront les objectifs de l’équipe de France sur ces deux jours de compétition ?

 

JS : « La gagne chez les garçons, et pour les filles nous avons les moyens de faire quelque chose de bien avec Manon Valentino, Camille Maire ; bien-sûr on était en droit aussi d’espérer aussi de belles performances de la part de Axelle Étienne qui a dû malheureusement déclarer forfait en raison d’une blessure à l’épaule, suite à une chute survenue lors d’un l’entraînement. On peut en tout cas jouer sur les deux tableaux ».

 

FC : Quelques années avant les Jeux de Paris 2024, recevoir en France une épreuve d’une telle envergure peut-être une forme de répétition générale, aussi, non ?

 

JS : « Une course à domicile a une grande importance pour nos pilotes, car lorsqu’ils évoluent à la « maison » ils sont toujours animés d’un petit supplément de motivation, en effet, ils vont pouvoir évoluer devant leurs familles, leurs amis. C’est aussi une première ici pour l’organisation, car jamais une épreuve de BMX d’un tel niveau n’avait été organisée à Saint Quentin-en-Yvelines sur le site du Centre National du Cyclisme. Cela permet donc de « rôder » une organisation inhabituelle, et surtout, nous coaches et athlètes nous sommes heureux d’être ici et de commencer l’année sur la piste notre piste d’entraînement permanente».

 

 

 

 

Propos recueillis par Hervé Bombrun

Photos : Patrick Pichon – FFC