Joris Daudet incarne de plus en plus l’image de « l’icône » du BMX international tant sur les pistes qu’en dehors. Il suffit de voir le nombre de gamins qui s’agglutinent autour de sa longue silhouette après les courses pour s’en rendre compte. Le pilote Bordelais fait rêver les gamins qui rarement se trompent dans leur choix, et une fois, encore, son charisme s’est vérifié sur et en dehors de la piste, à l’occasion de la première manche de Coupe du Monde Supercross de BMX, courue à Saint Quentin-en-Yvelines.

 

Le pilote Bordelais a été un orfèvre de toute beauté durant une majeure partie de la compétition, il a enchaîné les tours et les victoires jusqu’en demi-finale. Puis en finale, il réussit la prouesse de se classer troisième alors qu’il était il y a encore quelques jours seulement aux USA, où il réside désormais. « J’ai eu un gros coup de barre en demi-finale, racontait Joris dans les couloirs du Vélodrome du Centre National du Cyclisme. J’étais fatigué, la journée a été longue. Je me suis senti jusqu’aux « demis », mais en montant sur la rampe j’ai senti la fatigue arriver. Mes jambes étaient complètement mortes ».

 

Mais malgré tout, pour l’ultime round de la journée, Joris a su rassembler ses dernières forces vives, lesquelles lui ont permis de « signer un beau tour, et de finir troisième. Ce qui est quand même pas si mal sur une manche de Coupe du Monde Supercross de BMX ».

 

 

 

Cette fatigue, d’ailleurs, Joris ne l’attribue pas forcément au décalage horaire. « La piste est super longue et très physique, et surtout nous avons eu beaucoup d’attente et d’un coup tout s’est enchaîné. C’est pour cela que nous n’avons pas réussi à trouver notre rythme. Nous avons eu deux heures de récupération entre deux tours, et après seulement vingt minutes », explique encore, Joris, lauréat sur le Championnat US de cinq manches sur les huit déjà disputées, « C’est un bon début de saison, avec ce podium en Coupe du Monde Supercross, même si on était forcément venu ici dans l’intention de gagner.

 

La France a tout de même bien figuré aujourd’hui avec Romain qui fait deuxième, et moi troisième. J’avais, en plus, pour ma part, toute ma famille qui était venue me supporter. C’était franchement top. La journée a vraiment été cool, surtout que nous n’avons pas l’habitude de disputer de grosses compétitions comme cela en France, avec le public en plus pour nous soutenir, et que je tiens vraiment à remercier. C’était super ». Et d’ailleurs les mômes, ne vous inquiétez pas, demain, Joris sera là pour remettra ça…

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photos : Patrick Pichon – FFC