« Tombé « deux fois face à Niek Kimmann ce week-end en Coupe du Monde Super Cross, Joris Daudet, deuxième dimanche soir, ne considère par le Hollandais comme intouchable.

 

 

France Cyclisme : Joris, Kimmann était intouchable ce week-end ?

Joris Daudet : « Non, personne n’est jamais intouchable, imbattable. Il a juste bénéficié d’une petite erreur de ma part sur la première bosse. J’accroche beaucoup à ce moment-là, et je pense que c’est là que je perds la course. J’ai en effet effectué un très bon départ, et sans cela, je serai parvenu à sortir en tête. Il était fort certes, mais j’ai tout fait pour le rattraper, afin d’essayer de le passer dans la dernière ligne droite, et cela n’a pas été facile ».

 

FC : 3e, puis 2ecela reste tout de même un bon week-end ?

JD : « Je ne peux pas dire cela. J’étais venu ici pour gagner, se faire battre chez nous par un Hollandais c’est pas cool. Je fais deux podiums mais cela n’est pas forcément un bon week-end, je perds de surcroît énormément de points par rapport à lui au classement général de la Coupe du Monde, car lui gagne deux fois ».

 

FC : Que vas-tu faire les prochaines semaines, Joris ?

JD : « Nous allons nous entraîner. Nous avons un stage Équipe de France sur la piste des Championnats du Monde dans deux semaines à Zolder, l’objectif sera de prendre nos marques là-bas. Il y a aussi le triptyque Championnat de France, Championnat d’Europe et Championnat du Monde au mois de juillet. Cela va être super important, et l’objectif est de remporter l’ensemble de ces titres, et de battre cet hollandais qui nous devance actuellement ».

 

FC : Ici, c’est toujours spécial pour toi ?

JD : « Oui. On entend le public qui nous pousse, qui est derrière nous. Avec Manon qui a gagné c’était incroyable, cela nous a donné une énergie de fou en bas de la butte de départ. Dommage que les autres français et moi nous ne sommes pas parvenus à ramener cette victoire aujourd’hui. Notre bilan c’est deux podiums, un public toujours aussi exceptionnel ici à Saint Quentin-en-Yvelines. On va se contenter de cela ».

 

FC : Que t’apporte ton fils, Jett, Joris ?

JD : « J’étais déçu quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, mais de suite après je l’ai vu, et c’est super d’avoir été accompagné ici de ma famille. Ils me donnent le sourire après ce week-end marqué par deux podiums, mais qui ne correspond pas à ce que j’étais venu chercher. C’est donc agréable que mon fils et ma femme soit ici avec moi ».

 

Hervé Bombrun