Happé par ses supporters Joris Daudet, distribue des sourires à la ronde. Disponible pour toutes et tous. Il voit alors sa compagne, et lui demande ou se trouve leur jeune bébé, Jett. Joris Daudet est un papa poule, cela se sent, et se voit, comme peut l’être le Champion du Monde, Sylvain André, avec sa petite Louise, née voici quelques jours. Mais les deux hommes sur la piste restent des vaillants, même si hier, le porteur du maillot irisé a été- à son corps défendant- goûter à la piste de Saint Quentin-en-Yvelines, à l’occasion des demi-finales. Il s’est relevé avec une belle béquille à la cuisse, des douleurs aux articulations d’une main, et des « pizzas » sur une bonne partie du corps. Mais n’avait pas l’intention de renoncer. C’est cela l’esprit des Champions, l’esprit du BMX.

La finale du premier round de la manche de Coupe du Monde disputée à Saint Quentin-en-Yvelines, a été disputée malgré tout par quatre tricolores : Romain Mayet, Jérémy Rencurel, Joris Daudet, et Romain Mahieu, lequel volait sur sa piste d’entraînement de SQY, aujourd’hui, et ce jusqu’à ce dernier round. 50% des pilotes sur la grille étaient français, mais finalement, c’est le « reste du monde », ou plutôt l’autre nation qui domine le BMX sur la scène internationale qui a obtenu gain de cause, à savoir la Hollande, avec Niek Kimmann. Le scénario de l’an passé se renouvelait donc sur la première manche de Coupe du Monde de BMX Supercross de Saint Quentin-en-Yvelines. Une similitude qui n’a pas échappé à Joris Daudet, troisième. « C’était un peu chaud lors des quarts de finale, mais de là à dire que j’ai eu un sentiment de peur, non ! Quoique des fois cela fait du bien, forcément, la volonté est de toujours être devant, c’est plus facile. Mais il y avait un gros quart de finale, et Niek qui était à l’extérieur m’a bien resserré et c’était dur ! Il a fallu batailler ». Batailler c’est le terme qui peut définir cette première journée Saint Quentinoise pour Joris Daudet. « Je n’étais pas aujourd’hui au top de ma forme, déclarait-il franchement, toute la journée cela n’a pas été super. Demain ce sera mieux, je vais rebondir. Troisième, forcément c’est bien, mais ce n’est pas ce que je suis venu chercher. L’an passé, je fais déjà troisième et je gagne le lendemain. » Espérons que le scénario soit à l’identique pour Joris demain soir… Joris ou un membre de l’équipe de France.

 

 

Hervé Bombrun