Blessé l’an passé lors de la manche de Coupe du Monde de Saint Quentin-en-Yvelines, le pilote du Pôle Olympique de Saint Quentin-en-Yvelines a remporté le titre de Champion de France élite du tour chrono, à Calais.

 

Un sportif de haut-niveau n’est pas fait comme le commun des mortels. C’est une évidence. Le champion appartient encore à une autre catégorie, et Romain Mayet est dans ce cercle depuis ce soir, lui qui a battu sur le Championnat de France de tour chrono BMX à Calais, des adversaires tels que Joris Daudet, Sylvain André et Romain Mahieu, champion de France sortant. « Je suis tombé l’an passé à l’occasion de la Coupe du Monde, ce sont des choses qui arrivent, expliquait le Réunionnais. Mais je reprends mes marques, et je reviens petit à petit ». Ses blessures à la Coupe du Monde ont entraîné quand même de petits saignements au poumon, un traumatisme crânien avec perte de connaissance, pendant quelques minutes. « Mais heureusement que je n’ai pas eu de trop grosses séquelles, et que j’ai reprendre un mois et demi après ma chute ».

Aujourd’hui, Champion de France, Romain Mayet considère son succès comme une « mise en bouche ». « Le tour chrono ne compte pas vraiment, c’est vraiment demain avec les courses que la journée sera importante. Le pilote qui va gagner la race, là cela aura de l’importance. Mais cela me fait plaisir de gagner ce chrono, car le tour chrono ce n’est pas forcément mon point fort », ajoutait ce pilote membre du Pôle Olympique de Saint Quentin-en-Yvelines. « Je m’entraîne avec les meilleurs en France, et c’est une grosse motivation au quotidien. Si le lundi à l’entraînement, tu n’es pas en forme, tu ne te donnes pas à 100%, tu seras sûr d’être derrière sur le départ, les passages techniques, les situations de course. C’est vraiment une grande motivation tous les jours pour aller chercher le meilleur de soi-même, en se concentrant sur soi, et en ayant le regard porté sur mes adversaires sur la piste, même si dans la vie ce sont mes amis. Sur la piste c’est rude, c’est clair ». Ce qui explique le niveau du BMX tricolore chez les élite hommes.

 

 

Hervé Bombrun