Les tâches

 

La Fédération Française de Cyclisme place toutes ses épreuves sous le contrôle sportif d’arbitres, appelés aussi commissaires au niveau UCI. Ils sont formés à l’occasion de stages plus ou moins longs et les acquis sont validés à l’issu d’examens.

 

Le Collège des Arbitres ou Commissaires a pour tâche d’assurer le déroulement sportif régulier de l’épreuve, d’animer la réunion des directeurs sportifs et de valider les résultats : il a ainsi un rôle de direction, d’anticipation, de prévention, de dissuasion, avant d’utiliser le côté répressif si nécessaire.

 

Dans l’organisation d’un événement, il doit appréhender, communiquer, orienter les situations, afin d’éviter que le résultat sportif ne soit pas faussé, notamment par un élément extérieur (les véhicules pour les épreuves sur route, le dépannage en VTT, etc…).

 

La parfaite connaissance de la réglementation technique est nécessaire, mais l’expérience est souvent le facteur le plus important, notamment pour les disciplines de la Piste, du Trial…

 

Il n’est pas nécessaire d’avoir été compétiteur pour devenir arbitre ou commissaire, mais à terme une bonne connaissance de la discipline arbitrée est nécessaire pour une prestation de qualité.

 

 

Discipline, qualification et fonction

 

On peut devenir arbitre dans une ou plusieurs des disciplines de la FFC : Route, Piste, cyclo-cross, VTT, BMX, Cyclisme en Salle etc… Néanmoins, les niveaux de qualification sont indépendants.

 

Poir les qualifications, on retrouve les arbitres CLUBS, REGIONAUX, NATIONAUX, FEDERAUX, commissaires NATIONAUX ELITE et commissaires INTERNATIONAUX UCI.

 

  • Les arbitres clubs sont appelés à officier sur les épreuves de leur club.
  •  Les arbitres régionaux sont appelés à officier sur les épreuves du Calendrier Régional.
  • Les arbitres nationaux également, mais aussi sur les épreuves du calendrier National de leur région d’appartenance.
  • Les arbitres Fédéraux ou Commissaires Nationaux Elite peuvent officier sur les épreuves françaises du Calendrier UCI.
  • Les Commissaires Internationaux UCI sont désignés par l’UCI pour officier sur ses épreuves partout dans le monde et par la FFC pour les épreuves internationales françaises.

 

Suivant la discipline, les fonctions à occuper sont différentes :

 Sur la route par exemple, les arbitres circulent en voiture ou moto près des coureurs, dirigent et surveillent la régularité de la course, complètent l’information et donnent les consignes de positionnement de l’échelon course. Dans un Jury complet, des arbitres sont dédiés exclusivement au chronométrage, ou officient comme Juge à l’arrivée.

 

En BMX et le VTT, le départ, l’arrivée, mais aussi le secrétariat et le poste vidéo sont autant de fonctions différentes, souvent complémentaires.

 

Les formations

 Les comités régionaux ont la charge d’organiser et de valider les formations et les examens des arbitres clubs, régionaux et nationaux. De plus en plus souvent celles-ci sont organisées par Zone Interrégion, afin de regrouper les candidats. Certaines régions utilisent le principe de formation continue : après une formation initiale, le nouvel arbitre est commissaire stagiaire durant plusieurs mois et double le travail d’un titulaire. La validation finale dépend d’un examen écrit ou oral et de l’évaluation de cette partie « terrain ».

 

Les examens fédéraux débouchant sur la qualification de Commissaire National Elite sont organisés sur demande de la FFC auprès de l’UCI. Les cessions ont lieu tous les 2 ou 4 ans. Le niveau est relativement élevé, et la formation porte sur plus d’une semaine. Pour la route, des stages portant sur certaines spécialités (Juge à l’arrivée, chronométreur, moto, inspecteur anti-dopage) sont organisés au niveau de la FFC et donnent accès aux épreuves du plus haut niveau.

 

Enfin, les stages de Commissaires Internationaux sont organisés par l’UCI en français ou en anglais.

 

Chacun de ces examens vérifient à l’écrit et à l’oral la connaissance théorique, mais aussi la réaction et la méthodologie à résoudre des cas pratiques. Depuis 2008 le titre de commissaire international est validé sur le terrain. Les moyens pédagogiques ont été récemment révisés et sont diffusés peu à peu vers les régions.

 

 

Devenir arbitre ou commissaire : pourquoi et comment

Parce que c’est un moyen d’apporter une contribution active au bon déroulement de nos compétitions. Parce que vous avez l’esprit indépendant et confiance en votre libre-arbitre. Parce que vous décidez de mettre vos qualités d’organisation et votre charisme au service de votre sport préféré.

 

En contactant votre comité régional pour connaître les dates des prochaines formations. En renonçant clairement à vos intérêts familiaux ou personnels ou à ceux du club ou des structures auxquels vous êtes liés, lorsque vous arbitrez. En acceptant de travailler les règlements, non seulement lors de la formation initiale, mais aussi de manière continue, afin de vous maintenir à jour.

 

Les Sportifs, les femmes et les jeunes aussi !

Le règlement FFC exige un an de licence en tant que dirigeant avant d’acquérir une licence de commissaire. Néanmoins, les compétiteurs stoppant leur carrière peuvent postuler à la formation directement.

 

Pour les Mineurs, à partir de 14 ans une convention de Jeune Arbitre peut-être signée pour devenir Arbitre École de Vélo, également à partir de 16 ans pour devenir Arbitre régional. La formation est basée sur le principe du tutorat ou (et) terrain, celle-ci est l’équivalent de la « conduite accompagnée » du permis de conduire.

 

Enfin, de plus en plus de femmes trouvent leur place dans l’arbitrage du cyclisme, et pas seulement pour les épreuves réservées aux dames. Elles constituaient fin 2013 plus de 25% du corps arbitral, et un tiers des arbitres en École de Vélo et en BMX.