bourreau-actuBernard Bourreau qui a été le « p’tit frère » de tous ses coéquipiers chez Peugeot, et notamment Bernard Thévenet au côté duquel il était de ses deux victoires sur le Tour de France, est un homme fidèle à son engagement, à son sport et notre fédération qu’il a servis avec professionnalisme, loyauté, en qualité de cadre technique pendant trente-deux saisons.


Soit presque trois générations de coureurs formés, éduqués au cyclisme de haut-niveau.


Les Pinot, Bardet, Barguil c’est lui. Qui mieux que Bernard Bourreau peut incarner le renouveau, l’embellie de notre cyclisme national, lequel brille désormais sur toutes les routes des plus grandes épreuves professionnelles ?


Courses après courses, Bernard a su distiller sa philosophie « équipe de France« , celle d’un individu au service du collectif, du maillot tricolore au-dessus de tout état d’âme. Équipier modèle, il a créé des équipes modèles. Bourreau a su diriger des collectifs et faire émerger des champions. L’histoire, son histoire d’entraîneur a débuté au Bataillon de Joinville, puis il est devenu entraîneur national des juniors hommes route. C’est lui qui a « offert » avec Arnaud Gérard et son sprint rageur le 1er titre mondial Juniors route à la France, et à notre fédération, à Zolder en 2002. Une émotion intense que notre homme a vécue avec réserve, et tout simplement le sentiment du travail bien fait. Il y a eu ensuite les médailles de bronze de Jérome Coppel en Espoirs par deux fois en contre-la-montre, puis les titres Espoirs route – encore une première – avec Romain Sicard (2009) et quasi dans la foulée le doublé Arnaud Démare-Adrien Petit (2011).


Les hommes de Bourreau, car chaque coureur a noué des liens très forts avec ce passionné, ont également brillé sur le Tour de l’Avenir avec les succès de Sicard (2009) et Warren Barguil (2012). Des coureurs qui ont été ses enfants, et qui demeurent ses « protégés ». Comme Julian Alaphilippe son dernier « médaillé » sous le maillot tricolore, lequel a récolté l’argent derrière Peter Sagan, à Plumelec, à l’occasion des 1ers Championnats d’Europe route pro en septembre dernier, ou encore Jerome Coppel revenu avec le bronze du chrono mondial de Richmond, en 2015.


Bernard Bourreau homme clé de notre institution, incarnation de l’esprit FFC à jamais, des Juniors aux Espoirs, en passant ces dernières années par la direction des professionnels, a décidé, après trente-deux saisons de bons et fidèles services à la cause cycliste, d’arrêter son action d’entraîneur, de sélectionneur des pros pour se consacrer à sa famille, son épouse, ses filles et ses 3 petits-enfants.


A la suite de cette décision, le Président de la Fédération Française de Cyclisme, David LAPPARTIENT, a déclaré :


« J’ai toujours eu un profond respect pour Bernard Bourreau qui incarne les valeurs, l’esprit de la FFC. Celles du travail, que je partage, mais aussi pour ses compétences de rassembleur quelle que soit la génération qu’il a eu à diriger durant ses trente-deux saisons passées au sein de notre fédération. Sa force est d’avoir su conserver un esprit jeune et conquérant.
Cette année, j’ai souvent dit et répété à l’envi ma joie de voir la France accéder au rang de 1ère nation mondiale sur Route. Ce statut, on le doit, bien sûr, aux équipes professionnelles qui font un excellent travail, mais aussi aux clubs, et à l’implication sans faille de Bernard Bourreau qui a su former, éduquer cette jeune génération de coureurs qui va nous faire rêver encore longtemps en portant haut les couleurs de la France.


Bernard Bourreau a été un entraineur que tout Président de fédération souhaite avoir dans son équipe sportive. Il incarne la noblesse de cette fonction, avec un oeil particulièrement avisé sur la détection des talents de demain ; Pour tout cela, tout simplement: MERCI Bernard.


Pour la suite, je vais, en concertation avec la Direction Technique Nationale, lancer dans les prochaines semaines la procédure de recrutement et il appartiendra à la nouvelle équipe dirigeante de la FFC élue lors de l’Assemblée Générale du 11 mars 2017, de choisir le nouveau sélectionneur de l’Équipe de France Professionnelle sur route »